Pierre Péan – Kosovo : une guerre « juste » pour un Etat mafieux

Pierre Péan - Kosovo

Comme une majorité de Français j’ai été extrêmement dubitatif quant à une éventuelle intervention en Syrie il y a quelques mois. Et pour cause : chaque fois que l’on a invoqué une « guerre juste » les gouvernements ont systématiquement menti ces vingt dernières années! Si le mensonge qui vient à l’esprit de tout le monde est naturellement celui de l’administration Bush qui a permis l’invasion de l’Irak en 2003 avec les armes de destruction massive, il faut savoir que ce dernier n’est que l’arbre qui cache la forêt. L’intervention en 2011 contre la Libye de Kadhafi n’était absolument pas justifiée si on regarde de plus près. Et en 1999 celle contre la Serbie de Milosevic ne l’était pas plus.*

Mais il y a pire : ce néo-impérialisme décomplexé a des conséquences désastreuses. L’Irak et la Libye sont aujourd’hui dans un chaos sanglant. Et pour le Kosovo parler d’Etat corrompu est un euphémisme. A vrai dire même le qualificatif « d’Etat mafieux » diminue la réalité : si les soupçons de trafic d’organes pratiqué par l’UCK sont confirmés on entre dans le crime contre l’humanité.

Pierre Péan a donc sorti ce livre sur la guerre du Kosovo et la gestion du pays après le retrait des troupes serbes en 1999. Je dois dire d’emblée que le lecteur qui a déjà lu des articles sur le sujet (comme celui de Jean-Arnault Dérens du Monde diplomatique de janvier 2011 – qui a d’ailleurs critiqué sévèrement le travail de Péan qu’il juge « bâclé ») ne trouvera rien de neuf, il s’agit davantage ici d’une synthèse de tout ce qui est déjà connu, à savoir :

-Les Serbes sont injustement diabolisés au regard du passé historique (résistance durant la Seconde guerre mondiale).

-L’hypocrisie et l’indignation sélective concernant les peuples opprimés : les Kurdes en Turquie ou encore les Palestiniens n’ont pas du tout droit au même soutien médiatique.

-L’UCK, l’Armée de Libération du Kosovo, était considérée comme une organisation terroriste par les Etats-Unis jusqu’en 1998.

-Les négociations de Rambouillet qui avaient précédé l’intervention de l’OTAN ont été délibérément sabordées, proposant des conditions inacceptables à la Serbie (un espèce de protectorat sur l’ensemble du pays).

-La guerre, préparée à l’avance, était illégale.

-Le plan « fer-à-cheval » d’expulsion des Albanais était un faux grossier et le massacre de Raçak du 15 janvier 1999 qui a légitimé la guerre un mensonge.

-La prévention de génocide relevait de l’intoxication, les chiffres des victimes kosovares ont été multipliés.

-La presse française s’est en très grande majorité rangée derrière l’OTAN, délaissant tout esprit critique. Fait incroyable, Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo (journal à l’origine d’extrême-gauche) est devenu subitement belliciste et fanatiquement atlantiste! Bien sûr on n’échappera pas à l’inévitable BHL qui interpellait Régis Debray dans un article resté célèbre (« Adieu Régis »).

-Les exactions serbes se sont principalement déroulées après le début des premières frappes en 1999.

-Les bombardements de l’OTAN ont causé la mort de centaines de civils serbes.

-Les indépendantistes modérés de la LDK (Ligue Démocratique du Kosovo) d’Ibrahim Rugova ont été injustement écartés et ont subi les violences de l’UCK avec des assassinats politiques.

-Un nettoyage ethnique des minorités non-albanaises (Serbes mais aussi Roms, Ashkalis, Bosniaques et Turcs) a eu lieu juste après la fin de la guerre et s’est poursuivi les années suivantes  : attentats, disparitions forcées, meurtres… Les émeutes racistes de mars 2004 ont provoqué la mort de 19 personnes et un nouvel exode de population, devant les forces d’occupation (KFOR) impuissantes.

-Il n’y a pas de véritable Etat au Kosovo, c’est la mafia issue de l’UCK qui a pris le pouvoir et empêche l’émergence d’une véritable économie et d’une vie démocratique. Les témoins gênants qui voulaient dénoncer les crimes de certains chefs ont été assassinés.

Au cours de ma lecture je me suis demandé si un jour il faudra présenter des excuses au peuple serbe vu la gravité des crimes qui ont été commis!

De plus, et ce n’est pas noté dans le livre, la violation du droit international qu’a été l’indépendance du Kosovo en 2008 a été un terrible choc pour la Russie (le peuple serbe étant perçu comme une sorte de petit frère), dont beaucoup d’observateurs ont fait remarquer qu’elle s’était vengée sur la Géorgie la même année (aujourd’hui le même scénario se répète avec la Crimée). Ainsi cette indépendance semble avoir été une véritable boîte de Pandore pour toutes les régions séparatistes dans le monde!

———–

* Et cela se vérifie pour d’autres conflits actuels : pour la guerre secrète en Afghanistan voir Jean-Charles Jauffret. Pour le Mali on peut voir cet entretien de Nicolas Beau.

————-

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Histoire de l'ex-Yougoslavie, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Pierre Péan – Kosovo : une guerre « juste » pour un Etat mafieux

  1. Fella A dit :

    Intéressant. Sur le sujet, je ne sais pas si vous avez lu, Serge Halimi, l’opinion ça se travaille, les médias et les guerres justes. Et oui, le livre de Beau vaut le coup d’oeil. http://wp.me/p18cbX-L1.

  2. Fella A dit :

    C’est vraiment très instructif. http://www.acrimed.org/article2459.html ou http://www.monde-diplomatique.fr/2011/12/MICHELETTI/47054 On nous bassine tellement avec ces guerres justes que ce type de livres sont de vraies lumières.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s