Le Lion du désert (film, 1981)

Le lion du désert

1911 : l’Italie envahit la Libye, province turque, arrachée à l’Empire ottoman après un an de guerre. Mais la région n’est pas pour autant soumise et la résistance est féroce. La répression, elle, est impitoyable, et s’intensifie quand l’Italie devient fasciste en 1922 (1). Le film commence en 1929, quand Mussolini charge le général Rodolfo Graziani (2) de pacifier une bonne fois pour toutes la Libye et de capturer le chef de la rébellion, Omar Al Mokhtar, interprété par le génial Anthony Quinn. C’est une guerre industrielle qui est menée : automitrailleuses, tanks, aviation, artillerie… En face, de simples cavaliers bédouins disposant de moyens rudimentaires, moins nombreux et moins bien organisés, infligent pourtant des revers tactiques cinglants aux Italiens. (3)

En représailles du soutien aux insurgés de la part des civils, les militaires exécutent des hommes au hasard, en public, et pratiquent la politique de la terre brulée. C’est surtout une méthode de contre-guérilla terrible qui retient l’attention, déjà utilisée dans le passé durant d’autres conflits (4) : le regroupement de la population dans des camps de concentration, où le taux de mortalité est très élevé. Enfin, une clôture de fil barbelé est dressée le long de la frontière avec l’Egypte, finissant d’asphyxier les moudjahidine, privés de ravitaillement (5).

Omar Al Mokhtar est aujourd’hui un héros national en Libye.

Ce film d’environ 2h30 est une grande réussite et mériterait d’être beaucoup plus connu.

—————–

(1) Ironie du sort Benito Mussolini, pacifiste et anticolonialiste en 1911, s’était fait connaître comme opposant à la conquête lorsqu’il était militant au PSI!

(2) Futur criminel de guerre en Ethiopie (1935-1937), arrêté et emprisonné pour sa collaboration avec les nazis après la Seconde guerre mondiale.

(3) En voyant certaines scènes de combat montrant des pertes italiennes très lourdes je me suis demandé dans un premier temps si le scénariste n’avait pas exagéré. Or les descriptions des batailles que j’avais lues sur la guerre du Rif, conflit contemporain de la pacification de la Libye, sont très proches (Vincent Courcelle-Labrousse, Nicolas Marmié – La guerre du Rif).

(4) On pense notamment aux Britanniques lors de la Seconde guerre des Boers, aux Espagnols lors de la guerre d’indépendance de Cuba ou encore aux Bolchéviques durant la révolte de Tambov.

(5) Qui n’est pas sans rappeler les lignes Morice et Challe de la guerre d’Algérie.

Publicités
Cet article a été publié dans Films, Histoire - Autres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s