Une citation de Houari Boumediene sur les flux migratoires Sud-Nord (ou pas)

Houari Boumediene, de son vrai nom Mohamed ben Brahim Boukharouba, véritable chef de l’Algérie de 1965 à 1978, est une figure controversée. Certains l’admirent pour son rôle de dirigeant tiers-mondiste, pourfendeur du néocolonialisme, chef d’Etat désireux d’un ordre international plus juste à l’image de l’égyptien Nasser : il est celui qui en 1971 a réussi à nationaliser le secteurs des hydrocarbures, réussissant là où Mossadegh avait échoué en Iran au début des années 50. D’autres critiquent son autoritarisme (dictature militaire), enfin de nombreux Algériens estiment qu’il est celui qui a trahi les idéaux de la Révolution (1954-1962) en assassinant d’authentiques moudjahidine avec son « armée des frontières » durant la première guerre civile de l’Algérie indépendante (crise de l’été 1962) contre les troupes du GPRA, de s’être approprié les fruits de la guerre d’indépendance alors qu’il était resté à l’extérieur.

Mais passons, le sujet n’est pas là. Je pensais au fait qu’on lui attribue cette citation « prophétique » sur les flux migratoires vers l’Europe, annonçant le « Grand remplacement » cher à Renaud Camus :

Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire.

C’est absolument fascinant de constater que cette citation circule un peu partout, qu’elle est reprise parfois par des auteurs sérieux – ayant tout de même un haut niveau d’éducation. Incroyable, parce que le personnage n’a sans doute jamais prononcé quelque chose de tel! Le discours d’origine (voir ce lien) d’où elle est censée être tirée le 10 avril 1974 est axé sur les relations internationales, essentiellement les rapports Nord-Sud, le respect des indépendances alors récemment acquises, le prix des matières premières, le commerce mondial, le développement et l’industrialisation du tiers-monde etc. Mais il n’est aucunement fait mention de flux migratoires, si ce n’est ce passage où il s’oppose clairement à l’émigration (paragraphe 104) :

Partant, nos peuples se verraient condamnés à voir leurs forces humaines sans cesse saignées et exploitées, non seulement dans leurs propres pays, mais aussi et jusque dans les pays développés eux-mêmes où leurs travailleurs émigrés constituent aujourd’hui la composante essentielle du sous-prolétariat, et où leurs cadres techniques et scientifiques, alléchés et captés, vont chercher les occasions de promotion et de progrès dont les privent l’attente et l’immobilisme dans leurs propres pays.

Une autre éventuelle source du passage incriminé se trouve en février 1974 lors du sommet islamique de Lahore au Pakistan. Sur ce point je n’ai pas pu retrouver le texte d’origine, mais un extrait très intéressant de son discours fait effectivement allusion à des « ventres », sur un thème différent :

Les expériences humaines, dans nombre de régions du monde, ont démontré que les liens spirituels, qu’ils soient islamiques ou chrétiens, n’ont pas pu résister devant les coups de boutoir de la pauvreté et de l’ignorance, pour la simple raison que les hommes ne veulent pas aller au paradis le ventre creux… Un peuple qui a faim n’a pas besoin d’écouter des versets. Je le dis avec toute la considération que j’ai pour le Coran, que j’ai appris à l’âge de dix ans. Les peuples qui ont faim ont besoin de pain, les peuples ignorants de savoir, les peuples malades d’hôpitaux.


Bref, une fois de plus on est très certainement devant une falsification et une désinformation majeure. Une citation inventée, même répétée mille fois, ne devient pas vraie pour autant. Que des personnalités connues ne fassent même pas l’effort de vérifier ce qu’ils rapportent, cela reste pour moi un mystère!

Une telle déclaration du président Boumediene aurait été d’autant plus étonnante que… l’Algérie fait partie de l’hémisphère nord, un tel scénario serait donc très inquiétant pour ce pays!

Qu’il y ait beaucoup de choses à dire sur la démographie mondiale et les flux migratoires qui en découlent, cela ne fait aucun doute. Qu’il n’y ait pas de tabous à avoir sur leurs conséquences, non plus. Je suis moi-même opposé aux migrations massives qui provoquent tensions voire conflits entre nations, entre peuples de cultures différentes.

Mentir et prendre les gens pour des imbéciles par contre, voilà quelque chose qui n’est pas acceptable.

Publié dans Actualités et politique, Histoire de France, Histoire de l'Algérie, Immigration | Laisser un commentaire

Pierre Razoux – La guerre Iran-Irak 1980-1988

pierre-razoux-la-guerre-iran-irakPremière guerre du Golfe

La guerre Iran-Irak aura marqué un tournant dans l’histoire du Moyen-Orient. On ne peut pas comprendre la situation qui prévaut aujourd’hui dans le Golfe, le dossier nucléaire iranien ou les crises politiques à Bagdad et Téhéran, sans saisir les frustrations et craintes persistantes qui découlent directement de cette guerre. Terriblement meurtrière, elle a frappé à jamais l’imaginaire des protagonistes mais aussi des Occidentaux : en mémoire, les images dramatiques d’enfants envoyés au combat, les villageois gazés, les villes en ruines, les pétroliers en feu ou les tranchées ensanglantées.
Pour retracer cette histoire à la fois militaire et diplomatique, aux enjeux économiques certains, Pierre Razoux a eu accès à des sources inédites de première main, dont les fameuses bandes audio de Saddam Hussein. Il détaille ici les nombreuses affaires – Irangate, Luchaire, Gordji, attentats en France, enlèvements au Liban – toutes étroitement liées à ce conflit. Une histoire faite de rebondissements permanents au gré de l’attitude des pétromonarchies, de la Russie, de la Chine et des Etats-Unis, mais aussi caractérisée par la compromission de nombreuses nations, parmi lesquelles la France…

Quand j’y repense, nous avons là l’origine ou au moins le catalyseur de très nombreux problèmes de la région : une volonté de démanteler l’Irak de la part de son grand voisin – ce que George W. Bush fera à merveille à la place des Iraniens en 2003 comme noté très justement dans l’introduction -, le séparatisme kurde, réveil chiite et en contrecoup radicalisation sunnite (qui enfantera Daesh…), l’Iran isolé et encerclé, le terrorisme instrumentalisé au Liban et d’autres pays, la présence américaine dans le Golfe…

De nombreuses idées reçues sont battues en brèche. L’URSS fut loin d’être aussi pro-irakienne que je l’imaginais, les tensions avec Saddam Hussein furent fréquentes et sa politique a fluctué selon les circonstances ; la décennie s’est terminée d’ailleurs par un rapprochement entre l’Iran et la Russie. La France, deuxième fournisseur d’assistance militante derrière les Soviétiques, était pieds et poings liés avec l’Irak, l’interdépendance économique entre les deux pays était très forte.

Israël, malgré la rhétorique très antisioniste de la République islamique, fut un fervent mais discret soutien de l’Iran (ce qui ne manque pas de sel vu le cinéma qu’il y a eu ces dernières années…) et un de ses principaux fournisseurs, l’alliance datant du régime du Shah. Le panarabisme était alors bien plus craint que l’islamisme, cela s’est traduit notamment par le bombardement de la centrale nucléaire d’Osirak en 1981 empêchant Saddam Hussein d’obtenir l’arme de dissuasion ultime…

Globalement on constate clairement qu’il n’y a pas eu de gentil Irak laïque et progressiste ni même de gentil Iran agressé – puisque Khomeini a délibérément provoqué les Iraquiens avant le déclenchement des hostilités et fait poursuivre la guerre qui aurait pu s’arrêter en 1982. Les deux régimes ont fait preuve de cruauté et de cynisme, avec une répression interne très dure de chaque côté.

L’arme économique s’est révélée décisive. Plus que jamais le pétrole fut le nerf de la guerre, et de nombreux pays ont commercé avec les deux belligérants, les marchés étant juteux… Dans un contexte de guerre froide la décision des Etats-Unis en 1985 de faire chuter drastiquement le prix du baril par l’intermédiaire de l’Arabie saoudite pour punir à la fois l’Iran et l’Union soviétique a eu de lourdes conséquences.

Outre la complexité des relations internationales, l’auteur décrit avec précision les opérations militaires, notant à juste titre que cette guerre fut un condensé de tous les types de guerres du XXème siècle : vagues humaines, tranchées, bombardements de villes, batailles de chars, navales et aériennes, guérillas insurrectionnelles…

Un livre qui fera date, passionnant et remarquablement documenté. J’ai pu relever toutefois quelques petites erreurs (par exemple l’étonnante présence du président algérien Houari Boumediene comme je l’avais noté dans un billet précédent) qu’on espèrera corrigées dans une prochaine édition, ainsi qu’une absence de sources dans certains passages alors même que ce ne sont pas les notes de bas de page ou la bibliographie qui manquent.

En tout cas ce qui est sûr c’est que la politique de l’Oncle Sam qui a suivi contre l’Irak  paraît d’autant plus incompréhensible, la logique aurait voulu qu’après avoir affronté l’Iran brièvement elle cherche à contenir l’expansionnisme chiite et se réconcilier avec Saddam Hussein.

 

Publié dans Actualités et politique, Conflit israélo-arabe, Economie, Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire de l'Afghanistan, Histoire de l'Irak, Histoire de l'Iran, Histoire de la Chine, Histoire de la Russie, Histoire de la Syrie, Histoire de la Turquie, Histoire des Etats-Unis, Islamisme, Lectures | Laisser un commentaire

Une série de videos de « Hacking social » sur la société de consommation

Je ne découvre que maintenant cette série d’émissions, dont le contenu est dans la lignée de ce que pouvaient dire un Serge Latouche ou un Paul Ariès (c’est à dire le courant de la décroissance), mais avec humour et dynamisme. Avec regret, tant c’est un régal!

L’épisode sur la mythologie publicitaire de la voiture est un véritable chef-d’oeuvre : 56 minutes décortiquant à merveille la société de consommation, les techniques de manipulation et la psychologie du marketing.

Bref, un incontournable!

————

Leur chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCGeFgMJfWclTWuPw8Ok5FUQ

Leur site : http://www.hacking-social.com/

Publié dans Actualités et politique, Documentaires et autres, Ecologie, Economie | Laisser un commentaire

Une planche de Reiser qui avait anticipé la politique étrangère US : « A l’américaine! »

Jean-Marc Reiser, dessinateur dans le premier Charlie Hebdo (celui des années 70), mort en 1983, était un véritable visionnaire. On a tendance à oublier que le « Charlie » d’origine était assez différent de celui ressuscité en 1992 avec Philippe Val. Le premier du nom faisait dans l’extrême-gauche libertaire et écologiste, mais le message délivré était alors très subversif et incorrect par rapport au discours dominant actuel!

Ainsi il y a quelques jours à la médiathèque j’ai été très agréablement surpris en lisant l’album de Reiser « Plage privée », tombant sur la planche « A l’américaine! », mettant en scène le professeur Choron qui a une solution toute simple à la crise économique (et énergétique) : « casser la gueule aux Arabes » pour leur prendre leur pétrole, pouvoir ensuite mener la belle vie en Occident avec du carburant bon marché que l’on peut consommer sans compter! Il ne propose rien d’autres que d’imiter le comportement de l’Oncle Sam avec les Amérindiens…

Je n’ose pas imaginer les réactions si elle était parue maintenant. Le message délivré a beau dénoncer le néocolonialisme occidental le plus puant sur un ton ironique, il serait pris au premier degré par certains et la loi Pleven sur l’incitation à la haine raciale aurait sans doute été appliquée après un procès…

Mais surtout, il est incroyablement prophétique : la planche en question date de 1979… plus d’une décennie avant la première guerre du Golfe (celle du Koweït plus précisément) en 1991, sans oublier en 1992 le discours de George Bush père sur le fameux american way of life non négociable!

La liberté d’expression, c’était décidément mieux avant!

Publié dans Actualités et politique, Ecologie, Histoire de l'Irak, Lectures | Laisser un commentaire

Burkini : l’ère du grotesque?

Qu’est-ce qui est tant ridicule dans cette polémique? La surenchère politicienne qui alimente des sujets de diversion? Comme si le trafic d’armes ou de drogue dans certains quartiers n’étaient pas infiniment plus inquiétants ? Que par rapport à tous ces sujets, le port d’effets vestimentaires paraît pour le moins  futile (cf l’extrait du livre de Maurice Pergnier que j’avais cité ) ?

A moins que ce soit le vêtement en lui-même? La posture systématiquement victimaire de certains musulmans, incapables de comprendre que dans un pays comme la France certaines choses ne se font pas? Que si on expose us et coutumes de pays étrangers à la culture autochtone, on prend délibérément le risque d’être rejeté ?

Tout ça à la fois sans doute. A mes yeux les arguments féministes ou laïques trop souvent avancés sur la question sont très mauvais. Le véritable problème vient d’une certaine immigration doublée d’une non-assimilation. L’islam de France n’est donc pas le point central du problème, il ne fait que s’ajouter.

Enfin on relèvera quelques paradoxes si on regarde en arrière, par exemple le très islamophile Philippe de Villiers était contre la loi de 2004 sur le voile à l’école!

Publié dans Actualités et politique | Laisser un commentaire

Jacques Baud – Terrorisme, mensonges politiques et stratégies fatales de l’Occident

Jacques Baud - Terrorisme

Le terrorisme doit être combattu, mais des réponses martiales, sans stratégie, souvent imposées au mépris du droit international, n’ont fait qu’amplifier le problème. La violence d’aujourd’hui a été provoquée par des gouvernements occidentaux en quête de succès extérieurs pour compenser leurs déboires en politique intérieure.

Le terrorisme est né d’une résistance (Djihad) contre les interventions militaires occidentales, presque toujours illégitimes et souvent illégales, oubliées ou camouflées par des mensonges.
Faiblesse analytique, manque d’anticipation, immobilisme stratégique et absence de réflexion ont créé « Al-Qaïda », puis généré l’État Islamique. Les attentats de janvier et novembre 2015 à Paris, puis de mars 2016 à Bruxelles, ont ainsi été la conséquence évitable d’un aventurisme meurtrier, qui a débuté en Libye et armé les Djihadistes pour renverser le gouvernement syrien. La lutte contre le terrorisme passe par un retour sur la face cachée des conflits, afin de comprendre la logique et la stratégie du terrorisme moderne.

Un livre sans concessions, qui condamne une certaine hypocrisie occidentale, et décrypte les insuffisances du renseignement et de nos décisions pour nous pousser à porter un regard plus critique et mieux informé sur les conséquences de nos propres actions.

Ou comment les gouvernements occidentaux mentent à leurs populations, inventent de toutes pièces des menaces, s’engagent dans des guerres illégales (celle déclenchée en octobre 2001 contre les Talibans en Afghanistan l’était déjà, avec les résultats que l’on sait…) dans des pays dont ils ne comprennent rien, déstabilisent et humilient le monde musulman contribuant ainsi à légitimer les actions des djihadistes. Les grandes puissances malgré leurs moyens colossaux ne remportent que de maigres succès tactiques et n’ont aucune vision stratégique contre le terrorisme, provoquant désastres sur désastres et jetant de l’huile sur le feu à chaque intervention extérieure. La médiocrité de la classe politique et des « experts » du terrorisme présents dans les médias a largement contribué à l’incompréhension générale sur le sujet…

Comment sortir de cette impasse? C’est pour le moins délicat, il faudrait se désengager de nos opérations comme le premier ministre espagnol Zapatero en 2004 avec l’Irak sans donner l’impression de céder aux terroristes. Finalement Jacques Baud dit un peu près la même chose que Michel Onfray mais de façon développée et argumentée.

Je pense que le constat général est le bon. Là où le bât blesse, c’est la présence dans le livre de nombreuses erreurs factuelles et inexactitudes, et une propension de l’auteur à reprendre des informations présentes sur certains sites « alternatifs », ces derniers étant parfois très intéressants mais malheureusement pas toujours très rigoureux sur leurs sources. Venant d’un ouvrage à caractère scientifique c’est pour le moins décevant. « La guerre asymétrique » était beaucoup plus sérieux sur ce point.

C’est, pour ma part, d’autant plus regrettable que je suis entièrement d’accord avec l’auteur sur le reste! Cette arrogance occidentale à vouloir imposer son modèle politique et économique partout a causé beaucoup trop de dégâts pour ne pas être remise en question…

Rappel pour conclure, un entretien de l’auteur :

Publié dans Actualités et politique, Conflit israélo-arabe, Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire de l'Afghanistan, Histoire de l'Espagne, Histoire de l'Irak, Histoire de la Russie, Histoire de la Syrie, Histoire de la Tunisie, Histoire de la Turquie, Histoire des Etats-Unis, Immigration, Islamisme, Lectures | Laisser un commentaire

Des hommes d’influence (film, 1997)

Des hommes d'influenceC’est en lisant le tout dernier livre de Jacques Baud (voir plus bas) que j’ai appris l’existence de cette production peu connue et pourtant qui vaut largement le détour, Wag the Dog dans son titre original.

L’histoire d’un président affecté par un scandale sexuel à quelques jours des élections et… d’une guerre créée de toutes pièces pour divertir l’opinion et les médias, avec tout un spectacle mis en place! On aura notamment droit à une fausse réfugiée dans une scène tournée en studio, un faux héros prisonnier, des chansons « patriotiques » … Même si techniquement parlant ce n’est pas un grand film, le scénario est un véritable délice tant il est visionnaire (vu sa date de sortie) et finalement ne caricature qu’à peine la réalité!

Car oui, cette dernière dépasse comme souvent la fiction, mais cette fois avec des conséquences tragiques puisque les guerres/opérations militaires sont bien réelles! Il est sorti plusieurs années après l’affaire des couveuses qui je pense est sa principale source d’inspiration et avait légitimé une première destruction de l’Irak début 1991, mais avant l’opération Infinite Reach en 1998, un exemple de terrorisme des puissants qui a causé beaucoup de ressentiment dans le monde musulman envers les Etats-Unis ; peu longtemps avant la guerre du Kosovo aussi (1999), où l’OTAN était intervenue pour prévenir un génocide imaginaire… et où cette fois elle aidait des terroristes albanais, et non les « combattait » comme dans cette comédie!

Bref, je le conseille fortement tant il dénonce bien les manipulations médiatiques et a peu vieilli.

Publié dans Actualités et politique, Films, Histoire - Autres, Histoire des Etats-Unis | Laisser un commentaire