Soy Cuba (film, 1964)

Dans le précédent article j’ai parlé de propagande qui tâche, naturellement cette dernière peut aller dans l’autre sens, ici en l’occurrence il s’agit d’un film soviétique en hommage à la révolution cubaine. Mais il serait injuste de le réduire à ce seul aspect, car au point de vue de la réalisation nous avons une véritable perle.

Plusieurs histoires se croisent pour raconter le vécu du peuple avant le renversement de Batista. D’abord la prostitution pour les riches clients américains, on admirera le contraste entre les luxueux quartiers touristiques et les misérables taudis où logeaient les Cubains les plus miséreux, ou plus précisément les Afro-Cubains… On verra ensuite un planteur de cannes à sucre dépossédé par la puissante compagnie United Fruit – entreprise symbole de la mainmise néocoloniale de l’Oncle Sam sur l’Amérique latine – puis les étudiants révolutionnaires en lutte etc.

Il y a donc plusieurs films en un, de qualité inégale, mais au moins deux (les premiers) sont des chefs d’oeuvre. On regrettera certains passages tournant au culte de la personnalité, comme si Fidel Castro avait été le seul révolutionnaire… On notera aussi le « Yo Soy Fidel » des guérilleros capturés, allusion au « Je suis Spartacus! » du classique de Stanley Kubrick.

A voir malgré ce reproche, l’ambiance et la mentalité de l’époque sont très bien retranscrites.

Publicités
Cet article a été publié dans Films, Histoire de Cuba, Histoire des Etats-Unis. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s