Karl Marx parlait de la sécurité à Paris

Quel changement prodigieux, en vérité, que celui opéré par la Commune dans Paris! Plus la moindre trace du Paris dépravé du second Empire. Paris n’était plus le rendez-vous des propriétaires fonciers britanniques, des Irlandais par procuration, des ex-négriers et des rastaquouères d’Amérique, des ex-propriétaires de serfs russes et des boyards valaques. Plus de cadavres à la morgue, plus d’effractions nocturnes, pour ainsi dire pas de vols; en fait, pour la première fois depuis les jours de février 1848, les rues de Paris étaient sûres, et cela sans aucune espèce de police. « Nous n’entendons plus parler, disait un membre de la Commune, d’assassinats, de vols, ni d’agressions; on croirait vraiment que la police a entraîné avec elle à Versailles toute sa clientèle conservatrice ».

Karl Marx  – La guerre civile en France, Chapitre III

Que la garde nationale ait été supprimée précisément après la Semaine sanglante, un signe qui ne trompe pas. Que François Hollande ait été obligé de la rétablir dans le contexte actuel, non plus. Je me demande comment les communards auraient combattu les terroristes de janvier et novembre 2015 s’ils avaient subsisté – les arrondissements de la capitale qui ont été touchés (10e et 11e) étaient précisément parmi ceux où ils étaient les mieux implantés!

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Criminalité, Histoire de France, Islamisme, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s