Un commentaire sur le livre de Sylvain Roussillon « Les brigades internationales de Franco »

sylvain-roussillon-les-brigades-internationales-de-franco

Beaucoup de critiques très élogieuses sur ce livre sur les volontaires engagés dans le camp « national ». Il remettrait aussi les pendules à l’heure sur le manichéisme pro-républicain trop souvent entendu. Et avec objectivité! L’auteur ayant été membre de l’Action française et militant royaliste de longue date, je me permets d’en douter – Charles Maurras ayant pris ouvertement parti pour les franquistes lors de la guerre civile. Roussillon aurait été marxiste-léniniste que j’aurais fait exactement la même remarque.

Je ne l’ai que partiellement lu (manque de temps). Mais déjà je peux le dire : c’est un vrai livre d’historien, très bien renseigné et documenté, confrontant de nombreuses sources, comblant en plus les lacunes de l’historiographie sur ce domaine, dans la langue de Molière du moins. Ce n’est pas tant une critique de fond (excellent) que de forme que je ferais.

Dans les deux premiers chapitres la présentation des origines de la guerre civile me parait très critiquable. Il cite ainsi abondamment le livre de Bartolomé Bennassar « La guerre d’Espagne et ses lendemains« , que j’avais moi-même lu il y a quelques années, très intéressant sur nombre de ses aspects, critiquables sur d’autres : avec le recul il y a trop d’absences et de points non développés pour en faire une référence. Pour faire simple, l’Espagne des années 30 est une cocotte-minute qui ne demande qu’à exploser, alimentée par une crise économique mondiale et une conjoncture internationale très tendue. Et si les anarchistes étaient aussi nombreux, c’est que les Espagnols avaient de très bonnes raisons d’être attirés par cette idéologie. Raisonner en terme de « légalité » dans ce contexte me parait hors de propos.

La naissance de la Seconde République en 1931 est ainsi qualifiée d’illégitime. Comment ne pas mentionner le caciquisme, ce verrouillage de la vie politique pendant les décennies qui avaient précédé les années 30? On peut comprendre la méfiance qu’une grande partie de la population pouvait avoir vis-à-vis des élections! Et pourquoi il y eut une tentative insurrectionnelle en octobre 1934! Et que dire de l’analphabétisme massif? Oui, les Républicains espagnols n’étaient pas forcément de gentils démocrates respectueux de la légalité. Mais il ne faut pas confondre légalité et légitimité, deux notions bien différentes.

J’ai été également un peu interpellé par le chapitre sur l’engagement massif des Marocains en faveur des putschistes. Ce dernier était conscient, ce qui faisait que les regulares et autres volontaires marocains ne peuvent pas être qualifiés de « mercenaires » comme on l’a trop souvent fait. Franco était respecté en tant que vainqueur de la guerre du Rif (1921-1926), et il a su jouer la carte anticolonialiste en direction monde arabe (ce qui pour le moins est paradoxal pour un ancien officier colonial dont les troupes s’étaient livrées à des atrocités) mais aussi la carte religieuse, l’athéisme militant des anarchistes et des marxistes choquait le monde musulman. Et l’historien d’ironiser sur le racisme décomplexé d’une certaine propagande républicaine (qui je pense était parfaitement justifié!).

En revanche, que les franquistes cultivant la croisade et la Reconquista combattent avec des musulmans comme troupes de choc, voilà qui ne mérite pas d’ironie! Cela pourrait permettre de tourner en ridicule une partie de l’extrême-droite identitaire au discours anti-islam : avec cet exemple on pourrait conclure que ce bord là est probablement le premier à trahir l’identité qu’il aime tant invoquer. Je rajouterai que dans les chansons républicaines, la référence aux Maures de Franco est explicite : « Si me quieres escribir » et « Ay, Carmela! ». Et ces soldats avaient déjà été employés dans la répression des Asturies en octobre 1934, faisant d’ailleurs preuve d’une grande cruauté!

Sur ce point notons encore que François Mauriac, pourtant d’abord favorable au camp national, avait été écoeuré par leurs exactions, pour cela a changé d’opinion et publié un article resté célèbre : « A propos des massacres d’Espagne » (Le Figaro, 30/06/1938 – cité dans le documentaire « Mourir à Madrid »).

J’ai été aussi étonné par l’insistance de l’auteur à qualifier ces troupes d’Arabes : si les hommes recrutés viennent bien du Rif, ce sont des Berbères, ou des Arabo-berbères à la limite…

Enfin on constatera que la simple addition des volontaires italiens et marocains en faveur de Franco dépassaient largement les effectifs des brigades internationales mobilisées pour la République. C’est à se demander qui étaient les véritables « nationaux », comme cela était tourné en dérision par une célèbre affiche de propagande républicaine :

4 T

Pour finir, une dernière remarque sur ce qui est écrit en conclusion : la République est-elle morte de ses excès, effrayant les classes moyennes à cause de la révolution sociale? Si on en croit George Orwell et son célèbre « Hommage à la Catalogne » (mais aussi d’autres observateurs), ce serait en fait l’inverse : la République devenait progressivement un Etat policier précisément pour se réconcilier avec la petite et moyenne bourgeoisie, tombant dans une impitoyable contre-révolution en réprimant les anarchistes…

Ces critiques n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage, qui je le répète, est excellent sur bien des points. Je pense toutefois que la réalité peut très bien être à la fois complexe et manichéenne…

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Histoire de France, Histoire de l'Espagne, Histoire du Maroc, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s