A propos de l’immoralité des publicités

Jean-Luc Coudray dans le dernier numéro de La Décroissance fait bien de critiquer les réactions indignées contre certaines publicités, ici en faveur d’un site internet prônant l’adultère, une polémique datant de quelques mois :

Les associations, scandalisées par l’immoralité des contenus publicitaires, se trompent de cible. Elles croient naïvement qu’il pourrait exister une publicité morale. Il ne leur vient pas à l’idée que c’est l’industrie publicitaire elle-même qui produit structurellement du mensonge puisque tout discours intéressé introduit un biais dans le langage.

La Décroissance, n° 136 , février 2017, p.11


Une telle immoralité n’a rien d’étonnant pour quiconque connaît un minimum la véritable nature du capitalisme. Rappelons ce qu’écrivaient ces chers Marx et Engels en 1848 :

Tous les rapports sociaux, figés et couverts de rouille, avec leur cortège de conceptions et d’idées antiques et vénérables, se dissolvent ; ceux qui les remplacent vieillissent avant d’avoir pu s’ossifier. Tout ce qui avait solidité et permanence s’en va en fumée, tout ce qui était sacré est profané, et les hommes sont forcés enfin d’envisager leurs conditions d’existence et leurs rapports réciproques avec des yeux désabusés.

Le manifeste du parti communiste (chapitre I).

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Ecologie, Economie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s