La Ferme des animaux (film, 1954)

la-ferme-des-animauxVoici un petit chef d’oeuvre qui n’est pas vraiment un dessin animé pour enfants, même si nombre de ses aspects pourraient y faire penser (j’apprends sur sa page Wikipédia qu’il fut même interdit aux moins de 18 ans à sa sortie!). L’adaptation du roman de George Orwell, fable caricaturant la révolution russe et plus généralement n’importe quelle révolution où le peuple a été trahi, s’adresse naturellement à un public averti, connaissant un minimum les sujets abordés, ici la période 1917-1945 de l’histoire de la Russie.

Fidèle à l’oeuvre originale dans ses grandes lignes, on regrettera toutefois quelques modifications comme l’absence des paroles de l’hymne des animaux « Bêtes d’Angleterre » (remplacées par les cris des animaux) qui parodiait l’Internationale, ou quelques modifications dans les noms des protagonistes, le cochon dictateur dans le livre ne s’appelant pas César mais… Napoléon! Malgré cela ce film d’animation est un grand moment de bonheur.

George Orwell à son époque, comme de nombreux intellectuels de gauche d’alors notons le (même Albert Camus n’y déroge pas…), fut assez naïf sur le rôle joué par Lénine et Trotsky dans la construction du totalitarisme, qui peuvent être difficilement séparés, si on cherche à être honnête, du « méchant » Staline. Mais sa lucidité sur tout le reste est étonnante. La Ferme des animaux a bien quelque chose d’universel et peut tout à fait s’appliquer à nos démocraties libérales aujourd’hui. Les cochons pourraient représenter aussi bien la gauche caviar que la classe des intellectuels dans son ensemble, ou encore la caste journalistique…

Orwell avait au final un idéal beaucoup plus proche de l’anarchisme que du communisme tel qu’on l’entend de nos jours (on pense notamment à l’autogestion quand on voit les animaux décider ensemble) – relevons que c’est également le cas du célèbre poème écrit par le Français Eugène Pottier juste après la répression de la Commune de Paris 1871, mis en musique par le Belge Pierre Degeyter en 1888.

Bref, une perle à voir au moins une fois dans sa vie!

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Films, Histoire - Autres, Histoire de la Russie, Lectures, Seconde guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s