Bernard Oudin – Villa, Zapata et le Mexique en feu

Bernard Oudin - Villa, Zapata et le Mexique en feu
De 1910 à 1929, révolution et guerre civile déchirent le Mexique. Une période mal connue, qui offre pourtant tous les ingrédients d’une extraordinaire épopée. Dans un cadre ensoleillé, latin, haut en couleur, des personnages étonnants se livrent a des complots, des trahisons, des coups d’Etat, tandis que sur le terrain cavaleries et trains blindés s’affrontent dans une guérilla pleine de rebondissements. De cette révolution sociale est issu le Mexique moderne.

Le titre est pour le moins réducteur, car cet ouvrage richement illustré (typique de cette collection) ne se contente pas de décrire les actes des deux célèbres révolutionnaires mais retrace d’abord l’histoire du pays depuis la lutte pour l’indépendance et le « cri de Dolores » en 1810, la pénible mise en place d’un Etat se faisant démembrer par les Etats-Unis en 1848, soumis à l’appétit des puissances européennes ou de ses propres généraux. Il se modernise ensuite sous le règne autoritaire de Porfirio Díaz de 1876 à 1910.

A partir de 1910, après une première révolution réussie mais une transition démocratique ratée malgré la volonté de Francisco Madero, une guerre civile impitoyable débute, déchirures entre factions, trahisons et coups d’Etat se multiplient à l’instar de la décade tragique qui montrait que les nostalgiques de l’ancien régime n’avaient pas désarmé. Les exactions sont commis par tous les bords : pillages, massacres, regroupements de populations (tactique de contre-guérilla)… Le bilan humain sera de plus d’un million de morts!

Le document se termine avec la révolte des Cristeros en 1926, catholiques indignés par la politique violemment anticléricale de Plutarco Calles (alors que par exemple Zapata respectait la religion) et la mise en place du PRI, Parti Révolutionnaire Institutionnel, qui dirigera très longtemps le pays et dont le titre à lui seul est tout un programme!

On apprend un certain nombre d’anecdotes intéressantes : des Afrikaners vétérans de la guerre des Boers contre les Britanniques avaient offert leur expérience de la guérilla, la participation d’un petit-fils du célèbre héros italien Garibaldi… Pancho Villa qui attaque le territoire des Etats-Unis à Columbus le 9 mars 1916, cas presque unique dans l’histoire où les Américains sont attaqués sur leur propre sol, entraînant en riposte une expédition punitive du général John Pershing, futur participant à la Première guerre mondiale, signe supplémentaire de l’ingérence de l’oncle Sam dans le conflit qui était déjà intervenu directement en avril 1914 à Veracruz.

Un petit livre passionnant sur un épisode méconnu.

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire - Autres, Histoire des Etats-Unis, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s