[Parenthèse] Quand on tape « Fier d’être français » sur Google…

… on trouve un peu de tout, mais on tombe aussi sur une perle de bêtise et de niaiserie : http://www.fierdetrefrancais.fr/ (attention, le contenu est violent car… extrêmement insultant envers le peuple français). Culte de l’étranger et haine de soi… juste sidérant. On ne peut que se demander qui est l’auteur de cette plaisanterie [correction : il s’agit en fait du graphiste David Torondel].

Il n’y a évidemment aucune fierté à être français si on fait de la France une abstraction juridique sans consistance. Cette volonté de faire de la nation une coquille vide a bien plus pour cause, je pense, le capitalisme le plus sauvage (provoquant mondialisation et flux migratoires massifs) que l’état d’esprit humanitariste et droit-de-l’hommiste (les deux étant toutefois parfaitement compatibles).

Non, être français, c’est beaucoup plus que « naître au bon endroit ». C’est une langue, une culture, une mentalité, un imaginaire, un héritage etc.. Aucune de ces caractéristiques n’est unique et monolithique, chacun aura son interprétation. Mais ce sont des faits difficiles à nier. A vrai dire c’est précisément quand on se renseigne sur les autres pays, les autres cultures, que l’on prend conscience d’être français.

Si des immigrés et des descendants d’immigrés assimilent et perpétuent tout cela, tant mieux. Mais s’ils n’en font rien, pratiquent d’autres coutumes et s’identifient à d’autres nations – et pire encore, pour couronner le tout, servent de lumpenprolétariat? Alors on a simplement le constat d’un désastre.

Pour illustrer le problème, j’avais lu un article très intéressant du Monde diplomatique de mars 2016 : Au Royaume-Uni, des immigrés prisonniers du système des castes. Voilà où peut mener « l’apport d’autres cultures qui ne peuvent que nous enrichir »!

Parler de cela m’a donne envie de relire un célèbre texte d’Ernest Renan : « Une nation est un principe spirituel, résultant des complications profondes de l’histoire, une famille spirituelle, non un groupe déterminé par la configuration du sol. » […] « La nation, comme l’individu, est l’aboutissant d’un long passé d’efforts, de sacrifices et de dévouements. » […] « Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore.« 

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Histoire de France, Immigration, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s