Ivan Cadeau – La guerre de Corée

Ivan Cadeau - La guerre de Corée

Surnommé  » guerre oubliée « , le conflit qui éclate en Corée aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale reste largement méconnu, alors qu’il compte parmi les plus meurtriers du XXe siècle. Pour la première fois, Ivan Cadeau raconte l’invasion de la Corée du Sud par sa voisine du Nord, ainsi que l’intervention de l’ONU sous l’égide de MacArthur, qui transforme cette guerre en conflit international. La première confrontation des deux blocs, Est et Ouest, commence alors.
Rigueur de l’analyse et témoignages directs éclairent cet affrontement qui, soixante ans plus tard, dure encore dans les faits.

Voici un type de livre qui nous fait prendre conscience à quel point il n’y a ni gentils ni méchants en histoire – moi qui ait été longtemps persuadé que le régime nord-coréen représentait le mal absolu… On découvre des communistes populaires, ayant activement participé à la résistance à l’occupant japonais puis menant une réforme agraire très appréciée au nord, alors qu’au sud Syngman Rhee avait un régime autoritaire et corrompu sans véritable légitimité, qui voulait réunifier toute la Corée sous sa botte, contesté par une guérilla qui mobilisait ses effectifs. De ce fait il a eu une lourde part de responsabilité dans le prolongement de la guerre et fut insatisfait de l’armistice signée en 1953, malgré un pays détruit et des civils épuisés…

Les actes des militaires américains sont tout sauf glorieux : massacres de réfugiés en 1950, bombardements de terreur contre les villes pour casser le moral de la population nord-coréenne (dans la lignée de ce qui se pratiquait durant la Seconde guerre mondiale), le tout avec un racisme méprisant à l’égard des « gooks ».

Les soldats chinois sous les ordres de Mao, souvent d’anciens nationalistes obéissant à Tchang Kaï-Chek reconvertis dans le communisme, furent non seulement très nombreux mais aussi bien équipés et n’avaient pas peur de la mort contrairement aux Américains, réussissant ainsi à surmonter leurs pertes effroyables. Cette guerre a permis à la Chine maoïste de se faire respecter sur le plan international même si elle dépendait beaucoup de l’aide soviétique (comme l’a montré la mort de Staline en mars 1953 qui a été un tournant). N’oublions pas que la guerre civile chinoise venait juste de se terminer (1949). Enfin notons que l’épisode coréen a empêché Mao de reprendre Taïwan.

Pour se rendre compte de la violence de la guerre, citons ce passage de la conclusion :

Extrêmement meurtrière, la guerre de Corée a également été une « sale » guerre : la barbarie s’est exprimée de manière industrielle, notamment par le biais de la puissance de feu américaine. Les opérations ont vu l’emploi massif de bombes au napalm, d’obus au phosphore et se sont accompagnées d’actes de torture et de massacres pratiqués par les deux camps comme en témoignent les nombreux charniers qui ont été découverts après la cessation des hostilités.

Le livre n’est pas parfait mais reste très bien documenté, permet au lecteur de découvrir de nombreux épisodes oubliés (très utiles pour comprendre la géopolitique de la région) et surtout une guerre méconnue. Je le conseille!

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Guerre de Corée, Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire des Etats-Unis, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s