[Parenthèse] Quand j’y repense, il est très difficile de critiquer l’immigration massive en Europe…

… sans faire preuve d’incohérences graves. Et pour cause : depuis tout jeunes, Européens et Occidentaux en général sont endoctrinés par une espèce d’idéologie à la fois mondialiste et touristique. Films, documentaires, séries télévisées, publicités semblent prôner un mode de vie nomade, sous-entendant que n’importe qui peut voyager partout dans le monde et s’installer où il le souhaite! Naturellement si les Occidentaux riches disposent de ce droit, comment le refuser aux autres peuples?

Ainsi pour Jean-Claude Michéa :

La mobilité perpétuelle du capital et du travail est au cœur même de la logique capitaliste. Elle est le seul moyen – soulignait déjà Adam Smith – de permettre à l’offre et à la demande de s’ajuster de façon optimale. De là, la nécessité libérale d’un monde sans frontières dont l’invitation permanente à la mobilité – géographique ou professionnelle – constitue aujourd’hui la valeur centrale.

Naturellement cette propagande permanente est un énorme mensonge :

Le problème c’est que ce mode de vie « nomade » (qui est d’abord, on l’oublie trop souvent, celui des élites globales et du monde médiatique) ne saurait être universalisé sans contradiction. […] Si ce nouveau mode de vie sans frontière devait devenir la norme – comme le capitalisme global l’exige à présent – on se heurterait donc rapidement à des problèmes écologiques et énergétiques insurmontables (sans même prendre en considération le fait qu’il rendrait impossible tout investissement affectif durable et tout lien social solide). […] Avec cet éloge du mode de vie migratoire et de la mobilité généralisée on retrouve donc, sous une autre forme, l’éternel problème que posera toujours le projet libéral d’une croissance infinie dans un monde fini.

Mais après tout « Un pays, c’est un hôtel » disait Jacques Attali!

Et moi-même, naïvement, qui ait toujours pensé que le meilleur moyen d’assurer la paix et la stabilité dans le monde, de prévenir les sentiments xénophobes et racistes était de mettre en application une vieille sagesse : « Chacun chez soi »! Ce qui veut dire, ni interventions militaires, ni néocolonialisme (économique, politique, culturel…), ni flux migratoires excessifs. L’émigration/l’immigration devait être l’exception et non la norme!

On a bien vu le malaise général quand le peuple suisse a voté démocratiquement pour une réduction de l’immigration en février 2014. Pourtant, outre le fait que le contrôle des frontières est une prérogative régalienne des Etats (il n’y a donc aucune raison que les citoyens n’aient pas leur mot à dire) démocratie et Etat-nation sont inséparables. Modifier ce qui constitue une nation revient tout simplement à attenter à la démocratie!

Pour illustrer le problème je peux citer il y a quelques jours des affrontements entre Turcs et Kurdes à Montpellier, ma ville natale…

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Ecologie, Economie, Immigration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s