Jean-Jacques Becker – La Grande Guerre

Jean-Jacques Becker - La Grande guerre

Si les guerres ont scandé l’histoire de l’humanité, les Européens du début du XXe siècle ont presque immédiatement eu conscience qu’ils vivaient un événement hors normes, d’où le terme de Grande Guerre, appelée plus tard Première Guerre mondiale. Une guerre européenne en fait. Une guerre multiple, se déroulant à l’Ouest, à l’Est, au Sud, sur mer, sous mer mais aussi outre-mer. Une guerre où l’esprit national a été porté au plus haut, où les populations toutes entières se sont intégrées à la lutte comme jamais. Une guerre presque totale par ses moyens et ses méthodes. Une guerre telle qu’elle fut la matrice d’un siècle tout entier.

Cette année 2016 verra le centenaire de la bataille de Verdun. Cela peut être l’occasion de redécouvrir la Première guerre mondiale dans son ensemble. J’ai personnellement appris beaucoup de choses avec cette synthèse même si j’ai regretté qu’elle n’aborde pas les années d’après-guerre, notamment le traité de Versailles en 1919 et ses conséquences sur l’ensemble du continent.

Sur les six chapitres trois sont consacrés aux différents fronts : l’Ouest pour le nord-est de la France (le plus important), l’Est pour le front russe où des signes avant-coureurs de la Révolution apparaissent dès la mobilisation en 1914 et enfin le Sud pour le front italien et celui des Balkans (dans cette région l’affrontement prend l’allure d’une « troisième guerre balkanique ») avec notamment l’Empire ottoman, front sud où finalement tous les protagonistes seront déçus. Le cinquième chapitre « La guerre totale » traite essentiellement des conséquences du blocus des Alliés (total à partir du 1er mars 1915, avec les effets dévastateurs sur la population civile…) et de la riposte allemande avec la guerre sous-marine à outrance qui aboutira finalement à l’intervention des Etats-Unis…

Cette division plus géographique que chronologique est un choix judicieux selon moi dans la mesure où il permet au lecteur d’y voir plus clair et de comprendre ce qu’ont pu ressentir les autres peuples.

Le dernier chapitre enfin aborde les différentes tentatives de négociation tout au long de la guerre et les raisons de leurs échecs (très instructives) ainsi que les opinions publiques, et logiquement les dernières batailles de 1918 avec notamment une progression impressionnante des Allemands sur le front ouest entre mars et juin. Ainsi (p.111) : « Au début de juin 1918, l’Allemagne est ou semble à deux doigts de la victoire. Pour la première fois depuis 1914, la guerre de mouvement reprenait à l’ouest et les Allemands semblaient la maîtriser, face à des armées alliées qui prenaient les coups sans pouvoir les rendre. » Mais le manque d’effectifs, de moyens de transports, de nourriture, les hésitations stratégiques du commandement empêchèrent les Allemands de l’emporter. L’Allemagne n’était alors plus en mesure de gagner la guerre, l’armée allemande finit par se désagréger lors de la contre-offensive massive de l’Entente durant les mois qui ont suivi, avec ses alliés turcs et austro-hongrois reculant dans le même temps sur les autres fronts.

On appréciera que l’auteur ait battu en brèche les idées reçues, sur l’état d’esprit des soldats français par exemple (p.39) il relève : « La puissance d’un patriotisme profondément intériorisé, presque incompréhensible pour des générations éloignées, même s’ils ne passent pas leur temps à le manifester, même s’il existe sans aucun doute un certain nombre de soldats qui ne partagent pas ces sentiments, reste le trait essentiel de leur attitude. » ou encore celui de la population (p.105) : « Comme le compromis s’avérait impossible, l’état d’esprit de la masse de la population peut être qualifié de « morosité patriotique ». On était de plus en plus las de la guerre, mais il n’y avait pas d’autre solution que de la continuer. L’arrivée de Clémenceau au pouvoir symbolisa cet état d’esprit. »

Bref, un Que sais-je? très enrichissant dont je conseille fortement la lecture!

Article légèrement augmenté le 26/01/2015

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire de l'ex-Yougoslavie, Histoire de la Russie, Histoire de la Turquie, Histoire des Etats-Unis, Lectures, Première guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s