L’autre jour, en lisant le Quid…

…sur le chapitre consacré à la Turquie, je tombe sur… la version officielle turque du génocide arménien! Selon laquelle les Arméniens vivaient en paix dans l’Empire ottoman, que la cause des malheurs vient des puissances occidentales qui ont voulu le démembrer à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle et ont incité les Arméniens à se révolter violemment… Ce paragraphe intitulé « Position turque sur le génocide arménien » (dans l’édition de 1999) m’avait pour le moins surpris. J’avais été étonné que la simple expression d’idées révisionnistes/négationnistes ait été possible. Dans la logique de toutes les lois mémorielles « antiracistes » (mais en fait racistes, car elles donnent des privilèges à certaines communautés…) il aurait fallu porter plainte contre l’éditeur et le condamner. Or il se trouve qu’effectivement il y eut une plainte d’associations arméniennes choquées…

On tombe dans un problème récurrent qui touche beaucoup la France, mais pas seulement : la volonté d’écrire une histoire officielle qu’il serait impossible de réfuter. De quel droit impose-t-on de force une version d’un évènement à la population? C’est un assassinat en règle de la discipline historique – le « révisionnisme » (à ne pas confondre avec le négationnisme) permettant souvent de faire progresser les recherches. Ce n’est pas un hasard si la quasi-totalité des historiens s’oppose à ce type de censure.

Plus encore, les comportements de nos politiciens (comme Valérie Boyer il y a quatre ans) par leur clientélisme ne font qu’alimenter la haine et la rancoeur à l’intérieur de la société française, comportant à la fois une forte communauté turque et arménienne. Et les défenseurs de la mémoire turque de répliquer que les Français n’avaient pas de leçons à donner car ils avaient commis un génocide en Algérie (ce qui est une crétinerie absolue vu l’explosion démographique des Algériens entre 1945 et 1962, mais aussi très ironique vu que les anciens colons avant 1830 étaient… les Turcs! Si une comparaison devait être faite entre la guerre française de 1954-1962 et l’histoire turque ce serait davantage avec le conflit au Kurdistan depuis 1984 : séparatisme, contre-insurrection, répression etc.)

Pour ma part j’ai souvent eu un sentiment d’insatisfaction quand j’entendais la version « officielle » du génocide de 1915, on a trop tendance à oublier dans quel contexte il se déroulait : les Ottomans redoutaient d’être anéantis et venaient en plus de perdre beaucoup de territoires à l’issue de guerres balkaniques de 1912-1913, cela explique en partie pourquoi ils ont été si violents. Le traité de Sèvres de 1920 semblerait presque donner raison aux nationalistes turcs…

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire de l'Algérie, Histoire de la Turquie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s