A propos du « grand remplacement » de Renaud Camus

« Grand remplacement » : la formule est désormais connue, on l’a tous forcément entendu quelque part. Les afflux de réfugiés assaillant l’Europe la rendent d’autant plus d’actualité. Les Français autochtones sont de plus en plus envahis par une population extra-européenne venant de civilisations très, trop différentes, et la police de la pensée nous empêcherait de nous exprimer. Voilà qui expliquerait le succès de Renaud Camus.

En fait je pense que ce type de thèse radicale et haineuse convainc précisément parce que l’on a posé une chape de plomb sur le sujet de l’immigration. Le résultat est une sorte d’effet boomerang, de « cocotte-minute » : la colère populaire monte progressivement, bout littéralement puis finit par exploser, aujourd’hui avec le Front national devenant le premier parti de France…

Renaud Camus a-t-il tort? Pour avoir lu son essai, je peux dire déjà que… c’est un non-livre. Ce n’est pas un concept très développé – certains diront d’un autre côté que c’est juste un constat. Le livre donc est une suite de discours qui permet de cerner les idées de l’auteur et de son concept de « nocence », d’où le nom de son parti : le « parti de l’in-nocence ». Parler d’ « extrême-droite » est beaucoup trop réducteur et ne rend pas compte de l’originalité de sa pensée. S’il est très hostile à l’immigration bien sûr en insistant sur sa vision identitaire de la nation, il a également une sensibilité écologiste et critique la prééminence de l’économie (économisme) sur le reste des sujets politiques. Il attaque naturellement la bêtise gauchiste mais envoie également une pique envers le patronat qui « sait trop bien de quel côté son pain est beurré, et comment s’assurer une source inépuisable de travail bon marché ; au demeurant le souci de la patrie et de sa dignité n’a pas toujours été, au cours de l’histoire, sa préoccupation majeure. » 

J’irais personnellement plus loin dans le raisonnement : le capitalisme est profondément remplaciste dans son essence pour reprendre son vocabulaire particulier. Que ceux qui en doutent regardent l’histoire des Etats-Unis…

Originale également est sa rhétorique très anticolonialiste, car il s’oppose au discours culpabilisant le peuple de France en rappelant que les « Français de souche », sont, dans l’hexagone, les véritables indigènes… Une évidence pour n’importe qui ouvrant un dictionnaire mais qui pourtant est complètement inversée par certains!

Je ne suis pas forcément en désaccord sur le constat qu’il fait : si la culture des migrants est trop différente du pays d’accueil le problème va forcément se poser tôt ou tard. Je rajouterais qu’une immigration trop massive est néfaste pour tout le monde, à commencer par les immigrés eux-mêmes et leurs descendants, souvent très déçus du pays où ils ont atterri. Les « remplaceurs » donc ne veulent pas forcément de grand remplacement (d’ailleurs puisque j’habite à Montpellier je peux citer le cas du Petit Bard, où des mères de famille d’origine marocaine veulent plus de mixité ethnique)!

Je ferais remarquer qu’un propos excessif, extrémiste et simpliste a tendance à discréditer le reste du discours. Le processus d’acculturation en général n’est pas inexistant contrairement aux apparences, souvent les Français d’origine étrangère développent une culture certes différente des Français autochtones, mais également très différente de leurs pays d’origine, signe révélateur d’un véritable déracinement (lire cet article de Kamel Daoud sur les binationaux franco-algériens, très mal vus de l’autre côté de la Méditerranée…).

Ce qui m’a le plus interpellé en revanche dans le texte, et qui est difficilement pardonnable, c’est la défense d’Israël et du sionisme. A croire que l’écrivain inverse totalement les rôles, car si un peuple dans l’histoire contemporaine a légitimement des raisons de se plaindre d’une immigration massive et d’un grand remplacement véritablement vécu, ce sont bien les Palestiniens! Par ailleurs pour rejoindre l’actualité les humiliations successives infligées au monde arabe par l’Etat hébreu font partie des causes de la montée de l’islamisme radical dans le monde…

De plus, n’est-il pas interpellé que Gilles-William Goldnadel fasse totalement allégeance à un Etat étranger? Quel exemple pour un homme attaché à la France éternelle!

Renaud Camus est donc sur ce point soit complètement ignorant, soit très hypocrite.

———–
PS [19/12/2015] : j’oubliais, je suis par contre entièrement d’accord pour défendre la langue française, trop souvent massacrée…

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Conflit israélo-arabe, Ecologie, Economie, Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire de l'Algérie, Immigration, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s