A propos de la sécurité en Tunisie sous Ben Ali…

Pour ceux qui pensent que les régimes autoritaires sont des garants de la sécurité (ce que j’ai entendu à plusieurs reprises après les deux grands attentats de cette année) :

Par ailleurs, à la fin du mois de décembre 2006 et au début de janvier 2007, la Tunisie de Ben Ali est confrontée à l’action de « salafistes-jihadistes » : à Soliman et Hammam-Lif (banlieues sud de Tunis), les forces de sécurité tunisiennes (police, Garde nationale et armée) s’engagent dans une confrontation armée avec un groupe composé de plusieurs dizaines de personnes venues d’Algérie pour mener des actions terroristes la veille du jour de l’an. Cet événement, qui a débouché sur la mort de la majeure partie des assaillants, fait ainsi ressortir le « paradoxe d’un Etat policier » qui, « malgré le quadrillage sécuritaire systématique de la société, peut perdre la main à tout moment ».

Extrait tiré du tout récent « Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance » p.72, de Larbi Chouikha et Eric Gobe, de la collection Repères (bientôt chroniqué).

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Histoire de la Tunisie, Islamisme, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s