Le Message (film, 1976)

Le Message, édition collector 2DVD
Dans le boîtier de l’édition collector, deux DVD, pour deux versions différentes d’un même film : l’une internationale (1), l’autre arabe sous le nom d’Arrissalah, plus longue et également plus intéressante. Il s’agit d’une oeuvre célèbre relatant les débuts de l’islam au VIIème siècle après J.C., réalisée par le Syrien Moustapha Akkad, réalisateur qui fut tué en 2005 en Jordanie par … Al-Qaïda. La musique entêtante, elle, fut composée par un Français, Maurice Jarre, à qui on doit notamment le thème de Lawrence d’Arabie.

Pour contourner l’interdiction de représenter le Prophète, la technique de la caméra subjective a été retenue (2). Un texte nous avertit que le film a obtenu l’autorisation de l’université al-Azhar et du Haut conseil islamique chiite du Liban.

Cette épopée mémorable, magnifique sur le plan artistique, est très instructive sur l’Arabie pré-islamique, à l’époque où celle-ci était polythéiste et divisée en de nombreuses tribus. Elle permet ainsi de retracer la naissance de l’oumma, la communauté des croyants. On remarquera que les personnalités chrétiennes qui apparaissent sont respectées, à l’image de l’empereur byzantin Héraclius (3) et surtout du négus d’Ethiopie donnant l’asile aux premiers musulmans, avec une scène d’anthologie, véritable message de fraternité entre chrétiens et musulmans. Indispensable au regard de l’actualité!

Deux batailles historiques entre les premiers musulmans et les Arabes polythéistes de La Mecque sont reconstituées : Badr (624) et Uhud (625). Si cette dernière se termine plutôt sur une défaite des musulmans, ces derniers la compenseront en gagnant les coeurs et les esprits grâce à leur prosélytisme.

Le gros point critiquable du scénario est qu’il donne une version de l’islam, très, très progressiste : tolérant, féministe, laïque, égalitaire, solidaire… Nous avons pratiquement ici la Déclaration universelle des droits de l’homme avec treize siècles d’avance (4)! Sous-entendre que l’esclavage a été aboli fait sourire quand on connaît un minimum l’histoire de cette institution (5). Enfin il passe sous silence certains épisodes des débuts de l’islam qui seraient choquants aujourd’hui.

Mais on pardonnera volontiers cette liberté prise avec la réalité. Le choix délibéré de présenter la religion sous un angle compatible avec un regard moderne se comprend parfaitement.

Un film à voir, à revoir et à recommander, injustement méconnu.

—————

(1)  « Occidentale » serait à vrai dire un mot plus approprié, car outre les acteurs et la langue employée, les dialogues semblent avoir été modifiés pour être adaptés à un public européen.

(2) Méthode reprise par exemple au début du film turc Constantinople, mais pour un résultat beaucoup moins intéressant…

(3) Qualifié alors « d’empereur des Romains » dans le film, bien que cela se passe après la chute de l’Empire d’Occident (476), il semble se montrer compréhensif envers la nouvelle religion. A l’inverse, l’empereur de Perse est odieux…

(4) Concédons toutefois que les alévis, appartenant à une branche hétérodoxe de l’islam, auraient été des précurseurs de la Déclaration de 1948 avec plusieurs siècles d’avance.

(5) La révolte des Zendj (869-883) contre les Abbassides pour ne citer qu’elle, n’ayant rien à envier à celle de Spartacus sous la République romaine.

Publicités
Cet article a été publié dans Esclavage, Films, Histoire - Autres, Moyen Âge. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s