Une mise au point de Charles Robin sur « l’extrême-droite »

Si enfin la vérité me paraissait être de droite, j’y serais. – Albert Camus

Charles Robin est un jeune philosophe prometteur, né en 1986 à Béziers. J’ai terminé récemment « Le libéralisme comme volonté et comme représentation », critique très juste de l’extrême-gauche et ses dérives après avoir défini et retracé ce qui faisait le libéralisme, politique et économique. Disciple de Jean-Claude Michéa, ceux qui ont déjà lu des livres de ce dernier seront en terrain connu. Un essai fort sympathique, quoiqu’on regrettera le prix quelque peu élevé du bouquin par rapport à son volume (12 euros, 117 pages).

Charles Robin - Le libéralisme comme volonté

Ici il pousse un cri de colère contre ceux qui l’accusent d’avoir des mauvaises fréquentations. Je dois avouer que je m’y reconnais, même si le langage cru par moments n’était pas forcément nécessaire. Moi-même je me rends compte que j’ai été pendant longtemps conditionné par cette bien-pensance. J’ai progressivement évolué depuis. La novlangue, le politiquement correct, le non-dit : voilà ce qui cause énormément de torts. Sûrement pas des ennemis imaginaires…

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Lectures, Philosophie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s