Le témoignage du général Pierre Marie Gallois sur la Yougoslavie

Puisque c’est le 8 mai, une petite video utile datant de 2009, à l’occasion des dix ans du début des frappes de l’OTAN lors de la guerre du Kosovo : très pratique pour répondre aux belles âmes qui prônent des interventions « humanitaires » sans ne rien comprendre du passé historique des peuples et des intérêts géopolitiques des grandes puissances. L’occasion aussi des rappeler que le peuple serbe fut probablement celui qui a opposé la plus farouche résistance aux nazis.

Pierre Marie Gallois (1911-2010), général français, ancien combattant de la France libre, nous livre donc ici son point de vue sur le démantèlement de la Yougoslavie. S’il est partisan bien sûr (on sent qu’il est anti-allemand, anti-américain et pro-serbe) et sans doute trop manichéen, cela permet après tout de corriger la version « Walt Disney » que personnellement j’ai entendu toute ma vie sur cette guerre civile, avec les Serbes dans le rôle des grands méchants…

Il énumère ainsi les mensonges, ou plus exactement les exagérations grotesques, les diverses mises en scène comme le fameux « siège de Sarajevo » lors de la première phase en 1991-1995 puis ceux du Kosovo en 1998-1999. Si sans doute il y a eu des crimes très graves, commis par tous les bords, la manière dont ils ont été rapportés relève de la falsification médiatique. Je ne suis toutefois pas d’accord quand il dit que les mensonges après avoir été lancés, restent. Justement : souvent les campagnes de désinformation, comme par exemple les couveuses pour le Koweït en 1990, sont dénoncées par la suite. Or avec la Yougoslavie, les mensonges perdurent! Une telle anomalie ne peut qu’étonner.

Il fait le parallèle avec l’invasion de l’Irak, et constate que les démocraties occidentales par leurs agressions se comportent en autocraties, autrement dit en dictatures. Je rajouterai que précisément la Yougoslavie n’avait jamais été aussi démocratique que sous Milosevic, comme le montre l’ouverture au multipartisme et l’organisation d’élections libres. Même si ce dernier était sorti du sérail communiste, le pays avait changé de nom et enlevé l’étoile rouge sur le drapeau yougoslave, ce qui montrait une réelle volonté d’évolution.

Enfin sur le rôle des Etats-unis, il faut relever l’existence de la loi 101-513, condamnant à mort la Yougoslavie financièrement, ou encore le plan de Carrington-Cutileiro refusé au dernier moment par le président bosniaque Alija Izetbegovic après qu’il se soit entretenu avec l’ambassadeur américain Warren Zimmermann.

Ce regard sur le passé permet de mieux comprendre ce qui se passe en Ukraine actuellement.

Pierre Marie Gallois fut le préfacier de Jacques Merlino dans « Les vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire« , revenant sur le pouvoir hypnotisant de l’image, le texte rejoint les propos de Vladimir Volkoff sur la désinformation par l’image. Il faut lire cette préface, tant elle est toujours actuelle.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Documentaires et autres, Histoire de l'ex-Yougoslavie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s