Vladimir Volkoff – Désinformations par l’image

Vladimir Volkoff -  Désinformations par l'image

Nous vivons de plus en plus dans un monde d’images qui se substituent progressivement aux réalités. Or, les images, qui s’imposent à nous de tous les côtés, sont faciles à manipuler, et constituent par conséquent l’outil de désinformation par excellence.

L’image reflète la réalité, passe pour elle. Elle se prête spontanément à la multiplication d’effets délibérés : une photo peut être recadrée, truquée, maquillée. De plus, elle atteint notre sensibilité sans passer par la censure de notre intelligence. Plus que le mot, elle s’adresse aux masses puisque les barrières linguistiques ne la freinent pas. Enfin, cinq fois par jour, les plus grandes chaînes de télévision échangent leurs images. Elles ne sont ni signées, ni vérifiées.

Vladimir Volkoff analyse ici près de quatre-vingt-dix images afin de montrer au lecteur avec quelle facilité il peut être trompé par elles.

Vladimir Volkoff (1932-2005) fut un spécialiste de la désinformation à laquelle il a consacré plusieurs ouvrages. Ici le sujet est essentiellement centré sur les photographies auxquelles on peut faire dire n’importe quoi : tronquées, falsifiées, mises en scène ou encore celles dont on a changé la légende. On peut aussi désinformer par l’absence d’images, en refusant de diffuser celles qui gênent la pensée conforme.

En couverture nous avons l’exemple de la cérémonie d’hommage des chefs du parti communiste chinois après la mort de Mao en 1976, où la Bande des Quatre, ayant laissé un sinistre souvenir, a tout simplement disparu! Le processus n’est pas nouveau toutefois il existait déjà sous la Rome antique sous le nom de damnatio memoriae.

Après un texte introductif d’une vingtaine de pages l’auteur nous montre en première partie de multiples images, tableaux, statues, oeuvres d’art, logos, pour expliquer les  illusions trompeuses, puis en seconde partie les exemples de manipulation et de propagande (mensongère ou non). Si l’ouvrage se parcourt rapidement (trop malheureusement) vu le peu de texte qui accompagne les exemples, il n’en reste pas moins savoureux, même si on pourra regrettera peut-être un certain parti-pris dans les choix proposés.

Aujourd’hui avec la démocratisation d’internet nous avons à la fois le pire et le meilleur en matière d’informations, puisqu’on y trouve aussi bien des perles que des monuments de mensonge.

Un exemple célèbre cité dans l’ouvrage : les « camps d’extermination » durant la guerre de Bosnie. Ce petit documentaire détaille la manipulation avec brio :

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Documentaires et autres, Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire de l'Espagne, Histoire de l'ex-Yougoslavie, Histoire de l'Irak, Histoire de la Chine, Histoire de la Russie, Histoire des Etats-Unis, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s