Magali Coumert, Bruno Dumézil – Les royaumes barbares en Occident

Magali Coumert, Bruno Dumézil - Les royaumes barbares en occident

Les Barbares ont une drôle de réputation. Les penseurs de la Renaissance leur imputent le naufrage de la seule véritable civilisation : Rome. Les historiens du XIXe siècle leur octroient volontiers l’origine des nations européennes : les Angles n’ont-ils pas donné leur nom à l’Angleterre, les Francs à la France ?
Si les chercheurs actuels ont bien abandonné ces présupposés, leur travail historique reste délicat : les populations vivant au nord du Rhin et du Danube ne maîtrisaient pas l’écrit pendant toute l’Antiquité et l’apport considérable de l’archéologie ne compense qu’en partie cette quasi-absence de textes. Une chose est sûre aujourd’hui : le modèle explicatif des « grandes migrations » n’est pas le bon. Il ne permet notamment pas d’appréhender le processus qui a abouti à la création de nouvelles identités ethniques métissées autour desquelles se sont forgés, lentement, de nouveaux peuples.

Voici un Que sais-je? passionnant sur une période charnière de l’Histoire, de notre histoire plus précisément. Trop souvent caricaturée et vue comme un âge sombre, elle a vu naître de nouvelles identités nationales par la fusion des cultures romaines et barbares, processus qui a pris plusieurs siècles. La date de la déposition de Romulus Augustule comme fin de l’Empire romain (476) a eu tendance à éclipser d’autres évènements beaucoup plus importants, notamment la bataille d’Andrinople en 378 qui mit fin au mythe de l’invincibilité de l’armée romaine, battue en bataille rangée. Il faut dire que l’armée romaine a elle-même massivement recruté des Barbares au cours des siècles précédents, les empereurs les trouvant plus efficaces et fiables, le risque de guerre civile entre Romains étant redouté.

Même après sa « chute » l’empire romain reste la référence à suivre pour les différents royaumes barbares, ils resteront symboliquement soumis à l’empire byzantin au VIème siècle et seront très avides de titres honorifiques impériaux!

La religion a aussi un rôle très important. L’arianisme dans un premier temps a été utilisé par les Barbares pour se différencier de leurs sujets romains catholiques, mais cette différence précisément leur a posé des problèmes par la suite, les rapports avec les élites romaines furent ambigus, entre confrontation et collaboration. Par la suite les conversions successives des envahisseurs au catholicisme a permis de donner naissance à de nouvelles identités.

Bref, une synthèse fort enrichissante balayant de nombreuses idées reçues.

Publicités
Cet article a été publié dans Antiquité, Histoire - Autres, Histoire de France, Histoire de l'Algérie, Histoire de l'Espagne, Histoire du Maroc, Lectures, Moyen Âge. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s