Aymeric Chauprade – Chronique du choc des civilisations

Aymeric Chauprade - Chronique du choc des civilisations

Géopolitologue français réputé pour son discours « politiquement incorrect », Aymeric Chauprade a enseigné au collège interarmées de défense de 1999 à 2009. Je ne commenterai pas son parcours politique, ce n’est pas le sujet de l’article (même si je suis opposé aux idées de son parti, je le précise), mais simplement l’ouvrage en question puisque l’auteur est considéré comme une référence par certains.

La qualité du document est assez inégale selon les chapitres (ici la deuxième édition de 2011 prenant en compte seulement le début du « printemps arabe »). Il est d’un côté très intéressant et pertinent dans la mesure où l’auteur prédit l’avenir avec justesse : sur la Syrie considérée comme le pays arabe avec le plus d’enjeux, sur l’Ukraine dont le scénario d’éclatement était déjà en place dès 2004, sur le chaos en Libye alors que la guerre était loin d’être terminée… On a donc une grille de lecture éclairante : ceux qui cherchent à comprendre pourquoi des pays comme la Russie, l’Iran ou la Chine sont diabolisés dans les médias occidentaux trouveront des réponses à leurs questions. L’arrivée de Poutine au pouvoir en 2000 est considérée par l’auteur comme le principal tournant de l’histoire récente des relations internationales. La Russie a d’excellentes raisons de conserver le Caucase à tout prix, de redouter son encerclement par l’OTAN et de se méfier du bouclier anti-missile ; idem pour la Chine au Tibet.

L’islamisme radical est l’ennemi déclaré de l’Occident mais c’est aussi un puissant outil de déstabilisation des adversaires des Etats-Unis, de même pour les révolutions colorées financées par des organisation étatiques et para-étatiques (NED, Freedom House, fondation Soros), constituant l’aboutissement du « soft power ».

Assez objectif sur le conflit israélo-palestinien en traitant les exactions commises par les deux camps, il constate que le Hamas et la droite dure israélienne sont des ennemis complémentaires, chacun justifiant l’autre. Si la colonisation de la Cisjordanie n’a jamais cessé les Palestiniens ont toujours l’arme démographique pour résister (leur natalité est très élevée).

L’Arabie Saoudite et l’Iran se livrent une guerre par procuration au Liban, pays à l’équilibre communautaire fragile, par partis interposés ; même constat pour l’Irak : aucun de ces deux pays ne souhaite le retour d’un Etat fort et centralisé comme au temps du parti Baas, et les Sociétés Militaires Privées se substituant à l’armée américaine ont tout intérêt à ce qu’un conflit de basse intensité perdure pour justifier leur présences.

Au Pakistan le fondamentalisme sunnite a émergé et fut instrumentalisé dans les années 80 car le pays affrontait trois ennemis simultanément : les chiites influencés par la révolution iranienne, les communistes afghans et l’Inde au Cachemire. Le conflit est toujours latent avec ce dernier pays, les deux puissances (nucléaires, rappelons-le) se déstabilisent réciproquement. L’Inde connait des tensions communautaires entre Hindous, Musulmans et Sikhs fréquentes, avec toujours ce terrorisme islamiste instrumentalisé par les services pakistanais (j’aurais personnellement rajouté la guérilla naxalite également aidée par ces derniers). En rivalité avec la Chine pour la domination du continent asiatique les deux Etats sont confrontés à la raréfaction des ressources naturelles, notamment l’eau.

Les pays émergents en Amérique latine, surtout le Brésil, remettent en cause la doctrine Monroe, c’est à dire la domination des Etats-Unis sur le continent. Ce dernier de tradition catholique subit de plus en plus l’influence des églises pentecôtistes et évangélistes au discours largement compatible avec l’économie de marché, alors que parallèlement la communauté hispanique aux Etats-Unis du fait de l’immigration est de plus en plus importante, faisant augmenter le nombre de catholiques au dépens des « WASP ».

Si dans l’ensemble l’ouvrage est, je le répète, de qualité, il souffre de quelques faiblesses, non des moindres. Le parti pris idéologique est trop visible par moments, l’obsession sur l’islam est lourde, très lourde (la moitié des chapitres commence par « islam versus… »), et contrairement à ce qui est sous-entendu tout n’a pas été confrontation entre islam et Occident d’un point de vue historique (notamment côté français avec l’alliance franco-ottomane). Il omet certains faits qui pourraient nuancer son jugement : pourquoi ne pas noter qu’au Liban les chrétiens de Michel Aoun sont alliés au Hezbollah depuis 2006? Il est d’ailleurs curieux qu’il ait mis une photo d’un meeting du mouvement chiite avec au premier rang deux femmes non voilées…

Le facteur externe a beaucoup joué dans l’éclatement la Yougoslavie, l’auteur toutefois simplifie à outrance le conflit. Outre les jihadistes de Bosnie, des volontaires étrangers ont également combattu côté croate (des membres de la diaspora en grande partie) et serbe (Russes et Grecs notamment), et les exactions ont été pratiquées par tous les bords. Le Vatican de Jean-Paul II a été aussi un acteur indirect dans cette guerre en appuyant les sécessions slovènes et croates (rapporté par Jacques Merlino dans « Les vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire »), certains ont tendance à l’oublier.

Son admiration pour la Russie de Poutine le pousse à reprendre sa propagande : faut-il rappeler que les attentats de septembre 1999 à Moscou ont été attribués sans preuve aux Tchétchènes? Et pourquoi ne pas préciser davantage la biographie d’Akhmad Kadyrov, qui a d’abord été un chef indépendantiste avant de retourner sa veste?

Donc un auteur à découvrir si on veut comprendre l’émergence du monde multipolaire et l’agressivité états-unienne, mais à lire avec beaucoup de prudence.

Un résumé est lisible ici (la troisième édition de 2013 en l’occurrence) : http://www.lesclesdumoyenorient.com/Aymeric-Chauprade-Chronique-du.html

—————-

PS [19/01/2015] : concernant son revirement pro-sioniste depuis août 2014 qui en avait déçu beaucoup, cela montre que quelque soit le bord ou le parti auquel on appartient on est toujours soumis à une certaine bien-pensance! Par exemple sur l’immigration et plus particulièrement le « grand remplacement », thème qui lui est cher : lequel des deux peuples, entre les Israéliens et les Palestiniens, a été envahi par l’autre par des vagues migratoires qu’il n’a jamais voulues? Pour quelles raisons d’ailleurs les Palestiniens se révoltaient en 1936, au temps du protectorat britannique, avant même l’existence d’Israël? Voilà qui dévoile l’énorme hypocrisie de certains pro-israéliens bloqués dans une forme de doublepensée orwellienne… L’immigration pour les autres, pas pour nous!

C’était une petite remarque sur le politicien Chauprade (non le géopolitologue, je fais la distinction).

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Conflit israélo-arabe, Histoire - Autres, Histoire de l'Afghanistan, Histoire de l'ex-Yougoslavie, Histoire de l'Irak, Histoire de l'Iran, Histoire de la Chine, Histoire de la Russie, Histoire de la Syrie, Histoire des Etats-Unis, Immigration, Islamisme, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Aymeric Chauprade – Chronique du choc des civilisations

  1. Tietie007 dit :

    Mouais …Chauprade reste assez conspirationniste …comme l’extrême-droite, en général.

    • Ludovic dit :

      C’est vrai que certains passages de l’ouvrage sont un peu limites, il ne cite pratiquement jamais ses sources. Pourtant moi-même je me suis rendu compte que la désinformation médiatique était très présente (par exemple avec la Yougoslavie où on a tout fait pour diaboliser les Serbes), c’est pour cette raison que je me suis intéressé à cet auteur et plus généralement à douter des « versions officielles » qui peuvent être servies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s