[Toujours sur la Yougoslavie] Soit dit en passant : Joe Sacco et son « Gorazde »…

Joe Sacco - Gorazde

« Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde« , une phrase attribuée souvent à Albert Camus – probablement inexacte mais qui semble toutefois très juste.

J’ai terminé récemment l’oeuvre de Joe Sacco publiée en 2000, Gorazde, rééditée tout récemment, consacrée à la guerre en Bosnie orientale, du nom d’une enclave « Musulmane » (entendre « Bosniaque » puisque cela renvoie à une nationalité et non au pratiquant de l’islam) en plein territoire serbe. L’auteur qui fait dans la BD-reportage, est incontestablement talentueux, aussi bien en tant que dessinateur que journaliste, et très intéressant sur nombre de sujets. J’ai été par contre sidéré par son manichéisme sur les conflits en Yougoslavie – il est vrai très courant. Il est venu dans un pays avec des idées préconçues et a refusé de les remettre en question, méconnaissant son passé, ses moeurs, ses mentalités, différents sur de nombreux points des Etats-nations occidentaux.

Avec un ton compassionnel, il raconte la cruauté de la guerre civile, la montée des tensions entre communautés, les exactions commises entre anciens voisins, les vies détruites, les scolarités interrompues etc… Mais comment comprendre la guerre de Bosnie, si :

-On n’interroge que des Bosniaques. Les Serbes de Bosnie semblent n’exister qu’en tant qu’ennemis, collectivement responsables. Ils n’ont pas d’histoire, pas de vécu, pas de souffrances. Ils sont déshumanisés. Et bien sûr ils n’ont aucun droit à l’autodétermination, droit appliqué de manière sélective et hypocrite par les grandes puissances. C’est ainsi que p.40 un Serbe demande à son ami bosniaque « Pourquoi ne voulez-vous pas vivre avec nous dans le même pays, avec le Monténégro et la Serbie?« . C’est la question!

-On emploie un vocabulaire partisan et déplacé. Qualifier les Serbes de Bosnie de « rebelles », « séparatistes » ou « sécessionniste », est un contresens étant donné qu’ils veulent rester dans la Yougoslavie, que c’est le gouvernement Bosniaque qui a fait sécession. La Serbie de Milosevic est d’ailleurs qualifiée de « chauvine et dominante », ce que ne sont pas les nationalistes bosniaques et croates de toute évidence (rappelons qu’ils ont été tellement gentils qu’ils se sont fait la guerre entre eux…). Le nationalisme bosniaque/musulman est tu, or les inquiétudes des Serbes (et accessoirement des Croates) étaient légitimes au regard de la « Déclaration islamique » d’Alija Izetbegovic ou encore des milliers de djihadistes étrangers qui ont combattu lors de cette guerre civile.

-On fait porter la responsabilité de l’éclatement de la Yougoslavie et de la guerre civile exclusivement sur Slobodan Milosevic et sa politique nationaliste, en présentant les sécessions des différentes républiques comme une réaction légitime! Le jeu des grandes puissances (notamment l’Allemagne et les Etats-Unis) qui ont encouragé ce processus, la politique maladroite de Tito à l’égard des communautés, le réveil progressif du nationalisme : tout cela est absent. De même, qui a entendu parler du plan de Carrington-Cutileiro, refusé par le président bosniaque Alija Izetbegovic à la veille de la guerre, qui aurait pu éviter l’embrasement? Que dire de la loi américaine 101-513 coupant les aides à la Yougoslavie? Cela montre que les responsabilités dans le désastre yougoslave sont largement partagées.

-On présente la résistance serbe au nazisme, les Tchetniks, uniquement sous un jour sombre (alors qu’il a existé des Tchetniks musulmans et croates). Le terme est peut-être péjoratif pour certains, il est revendiqué ouvertement par certains Serbes. Il s’agit en l’occurrence des résistants de la première heure, alors que les partisans de Tito ont attendu l’invasion de l’URSS du 22 juin 1941 pour agir…

-On relativise la souffrance serbe de la guerre civile, mais également (un comble) durant la Seconde guerre mondiale. Il suffit de regarder les crimes de l’Etat fasciste et génocidaire oustachi pour démentir les propos de l’auteur.

Ce sont des reproches que l’on pourrait adresser à de nombreuses personnalités, toutes ces bonnes consciences occidentales (souvent de gauche d’ailleurs) qui pensent bien faire en prônant des espèces de croisade. La dictature de l’émotion est dangereuse, surtout quand elle permet de justifier des guerres (je renvoie au précédent de l’affaire des couveuses juste avant la première guerre du Golfe). L’auteur a gâché son talent avec une oeuvre partiale et partielle. Quiconque connait un minimum la véritable histoire de la Yougoslavie ne peut pas être manichéen, pour un bord ou un autre. Ce n’est pas le nationalisme serbe qui est mauvais, c’est le nationalisme haineux, quel qu’il soit. Il faut cesser l’hypocrisie une bonne fois pour toutes : une Bosnie véritablement tolérante et multiculturelle aurait été une Bosnie non séparée de la Yougoslavie!*

Au passage : l’appellation de génocide est juste ridicule, y compris pour Srebrenica (on est ici dans la redéfinition du mot, ce qui est très grave vu qu’on banalise ce terme). On peut lire par exemple l’article très juste de Diana Johnstone : « Les chiens de garde de la mémoire contre l’Histoire« , ou encore citer Rony Brauman : « Que les femmes, les enfants et les vieillards aient été épargnés, que des blessés aient été évacués n’excusait évidemment pas ce terrible massacre, mais rendait pour le moins problématique ce chef d’inculpation-là. ». Non seulement cela ne rend pas service aux familles des victimes, mais surtout ce n’est pas en faisant de la surenchère verbale et en diabolisant une partie que l’on arrivera à réconcilier les peuples. Au contraire on ne fait qu’attiser la haine avec cette « mésinformation ».

Quant au TPIY (Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie) on a là typiquement une justice des vainqueurs, il suffit de voir l’acquittement des généraux croates responsables de l’épuration ethnique des Serbes de la Krajina.

————

Soit dit en passant, j’ai souvent lu comme hypothèse que le soutien aux Bosniaques de la part des Etats-Unis était une manière de bien se faire voir par le monde musulman, pour compenser la haine dont ils font l’objet dans d’autres régions. Il faut dire que durant les années 90, l’Irak subissait un embargo inhumain, qui a sans doute fait plus de morts que toutes les guerres de Yougoslavie réunies. Mais cela a suscité beaucoup moins de réactions.

On notera également que l’on a assisté pour ce dernier pays à une propagande similaire : Saddam Hussein fut comparé à Hitler et le parti Baas au parti nazi, donc c’est que l’invasion de l’Irak en 2003 était légitime… on connait la suite!

———–

*Sur la légitimité de la sécession de la Bosnie-Herzégovine, lire cet article très intéressant de Laurence Robin-Hunter, doctorante à l’université de Paris-IV Sorbonne. Cela fait réfléchir sur la balkanisation du monde encouragée par certains irresponsables…

———–

[03/05/2015] J’ai finalement pu lire la dernière édition, augmentée  :

-d’une préface de Christopher Hitchens parlant de « fascisme » pour le nationalisme serbe ce qui montre une profonde méconnaissance historique de la Yougoslavie, puisque le nationalisme serbe, tchetnik, est antifasciste, que sous Milosevic le pays était ouvert au multipartisme… J’apprends sur Wikipédia que ce personnage est une icône du mouvement athée, alors pourquoi a-t-il soutenu un fondamentaliste comme Izetbegovic?

-d’une introduction où Joe Sacco enrageait de la passivité de la communauté internationale… je renvoie à ce que je disais plus haut sur l’attitude émotionnelle.

-d’une annexe, où il écrit qu’il a revu les témoins bosniaques plusieurs années après ce travail : ces derniers vivent dans une grande misère avec un taux de chômage très élevé, tandis qu’une classe politique corrompue s’enrichit. J’espère qu’un jour les Occidentaux admettront que l’indépendance de la Bosnie n’était pas seulement illégale mais aussi parfaitement absurde tant la population était divisée…

-à la fin de l’ouvrage d’un entretien avec Gary Groth, où l’auteur affirme que si au départ il était pacifiste et hostile aux interventions américaines, il est devenu interventionniste avec la Yougoslavie. Cela en dit long sur la confusion qui régnait sur les intellectuels… Il est obligé de reconnaître toutefois que s’il était favorable à la guerre du Kosovo de 1999, les prétextes avancés avec l’accusation de génocide étaient faux, que pour la Bosnie il avait sous-estimé le nationalisme d’Alija Izetbegovic, même s’il refuse de le mettre dans le même sac que Tudjman et Milosevic. Allez, un petit effort encore… et on reconnaîtra qu’il était islamiste, et une telle idéologie (souvent d’ailleurs incomprise en Occident) dans un pays multiconfessionnel ne pouvait que signifier une déclaration de guerre.

—–

PS : concernant le bilan de 700 morts qu’il cite pour une offensive serbe de 1994 contre l’enclave, ce chiffre est remis en cause (lire Louis Dalmas : « Bosnie : ce qu’on ne dit pas »). Encore de la propagande grossière prise pour argent comptant…

Il était curieux également de montrer une carte de la guerre de Bosnie (p.148) où les positions serbes et croates sont fusionnées! Or les deux bords étaient aussi en guerre entre eux, comme l’a remarqué le général Francis Briquemont : « Il n’y a pas, d’un côté, les bons, de l’autre, les méchants. C’est une guerre à trois. Une guerre tournante. Les alliances se font et se défont en fonction des rapports de forces dans chaque région. Dès qu’un parti – serbe, croate ou musulman bosniaque – devient trop fort, les deux autres s’unissent contre lui. Il faut en finir avec l’antiserbisme primaire véhiculé par quelques intellos en goguette. »

Article modifié le 13/05/2015

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Histoire de l'ex-Yougoslavie, Lectures, Seconde guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s