Parenthèse : lassitude…

Si il y a une raison pour laquelle je me suis beaucoup intéressé à la discipline historique et à la géopolitique, c’est que j’ai constaté que très souvent les médias ne nous informaient pas quand ils traitaient d’autres pays, complètement coupés des peuples, fabriquant de toute pièce des nations différentes de la réalité (toutefois cela s’applique également à la France quand on voit le succès du Front National parallèlement à la propagande pro-européenne incessante…).  Un exemple avec la Russie : l’incapacité à expliquer (ou même avouer) que Vladimir Poutine est populaire. Il faut dire que les années Eltsine furent un désastre total tant au niveau politique et économique pour le peuple russe. Or il y a étrangement une amnésie sur la décennie 90 (on ne retient de Boris Eltsine uniquement la chute du communisme).

Aussi j’ai du mal à accorder une quelconque crédibilité à ceux qui diabolisent la Russie (même si je n’ai aucune sympathie pour Poutine, je précise), qui en parlent systématiquement comme si la guerre froide n’était pas finie, sans ne rien expliquer sur les raisons de cette politique étrangère. A ce propos le blog d’Olivier Berruyer, consacré à l’Ukraine depuis plusieurs mois, est une véritable bouffée d’air frais par rapport à tout ce matraquage anti-russe.

Le séparatisme des russophones des régions de l’est n’est pas moins critiquable que celui des Kosovars quelques années auparavant. Il se trouve que beaucoup de commentateurs ont fait remarquer que l’affaire du Kosovo était un précédent dangereux (la guerre de l’OTAN d’une part en 1999, l’indépendance d’autre part en 2008), véritable appel à l’autorisation aux minorités du monde entier de se séparer, et aux grandes puissances de les protéger en violant la souveraineté nationale quand elles l’estiment nécessaire. De ce point de vue la politique étrangère russe par rapport aux anciennes républiques soviétiques n’a donc rien d’absurde.

————

Voilà que Tsahal écrase Gaza, une fois de plus si on regarde sur le long terme. La bande de Gaza symbolise plusieurs choses : l’indignation sélective des puissances occidentales (prêtes à bombarder d’autres pays au nom de l’ingérence humanitaire, mais très indulgentes avec l’Etat hébreu) ; l’échec du panarabisme nassérien (l’absence de solidarité du pouvoir militaire égyptien étonne) ; enfin que le conflit israélo-palestinien n’a pas commencé en 1967 avec la guerre des six-jours, mais bien avant : l’histoire de Gaza est étroitement liée aux évènements de 1948, c’est à dire la création d’Israël et la « Nakba », mot désignant l’exode (pour ne pas dire l’expulsion) de centaines de milliers de Palestiniens. Cela explique -outre une très forte natalité- pourquoi il y a une telle densité de population : la majorité des Palestiniens de Gaza sont des descendants des réfugiés de 1948. La solution la plus « politiquement correcte » (les deux Etats, sur les frontières de 1967) apparait ici insuffisante.

Toutefois je donne raison aux pro-israéliens sur deux points : le conflit est loin d’être le plus meurtrier à l’heure actuelle (la tragédie syrienne nous le rappelle : la guerre civile a fait plus de victimes depuis 2011 que le conflit israélo-arabe depuis 1948) et le fait que l’Etat hébreu est une démocratie (pluralisme politique, liberté d’expression…).

————

Tout ça pour dire : quelque soit le conflit ou le pays dont on parle, il faut se renseigner un minimum sur sa culture, son passé, ses moeurs. Et cesser les caricatures et les simplifications abusives, tellement présentes à la télévision que ça en est lassant.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Conflit israélo-arabe, Histoire de l'ex-Yougoslavie, Histoire de la Russie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s