Nouvelle édition des « Mystères de la gauche »

Jean-Claude Michéa - Les mystères de la gauche

Je viens de voir que le dernier livre de Jean-Claude Michéa est réédité au format poche, pour la modique somme de six euros. Un auteur génial à lire au moins une fois! Le philosophe montpelliérain sort des sentiers battus et démontre avec brio les raisons du désarroi intellectuel de notre époque, à gauche comme à droite.

J’apprécie particulièrement quand il citait des exemples concrets, dans « Le complexe d’Orphée » par exemple il remarquait qu’un vrai libéral (au sens politique) devrait défendre le droit à la liberté d’expression de tous les Zemmour et Dieudonné des temps modernes, ce qui contredit le libéralisme culturel (de la gauche) qui créé un politiquement correct!

Dans cette dernière livraison j’avais beaucoup aimé ce passage (p. 114-115 de la première édition) :

Il est certain, par exemple, que les syndicats de la fonction publique (et, particulièrement, ceux de l’Education nationale) ne mesurent pas toujours à quel point, aux yeux des travailleurs du secteur privé, c’est un privilège aujourd’hui incroyable que d’être à peu près entièrement protégés contre la concurrence de la main-d’oeuvre étrangère (situation qui pourrait, d’ailleurs – « flexibilité » et « contractualisation » aidant – changer beaucoup plus vite qu’on ne le croit). De fait l’existence, par exemple, d’un « réseau éducation sans frontières » (ou de toute autre association caritative essentiellement animée par des fonctionnaires) n’a, par elle même, rien de très surprenant. Ses membres n’ont presque jamais, en effet, à assumer personnellement le prix réel de leur bonne volonté humanitaire. On imagine assez mal, en revanche, les travailleurs du bâtiment – surtout ceux qui sont en CDD – mettre d’eux-mêmes en place un « réseau bâtiment sans frontières » destiné à faire venir en France des travailleurs des pays de l’Est ou du « tiers-monde » qui accepteraient d’être encore plus mal traités et payés qu’eux. C’est, malheureusement, ce genre de situation vécue quotidiennement par les classes populaires les plus modestes que les partis de gauche (dans la mesure où les fonctionnaires et les agents du secteur public constituent désormais l’une des bases principales de leur électorat de leur encadrement militant) ont de plus en plus de mal à admettre. Jusqu’à finir par considérer les travailleurs du secteur privé – c’est à dire, on l’oublie trop souvent, ceux qui vivent la condition prolétarienne sous sa forme la plus dure (puisque leur emploi est celui qui est le moins sécurisé et le plus soumis à la concurrence mondiale ) – comme « racistes », « xénophobes » ou animés par la seule « peur de l’autre ».

——–

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Immigration, Lectures, Philosophie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Nouvelle édition des « Mystères de la gauche »

  1. on peut lire tous ses livres, et les relire encore. Heureusement, on ne parle pas de lui, ses livres restent un jardin secret. Je crois que je vais encore relire certains de ses livres d’ailleurs, c’est tellement frappant et en dehors du discours ordinaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s