Benjamin Stora – La guerre invisible, Algérie années 90

Benjamin Stora - La guerre invisible, Algerie, annees 90

Un historien connu se penchant sur la guerre civile algérienne, ça ne pouvait que m’intéresser. Ce petit ouvrage datant de 2001 d’environ cent-vingt pages est divisé en trois chapitres : « Les constructions de l’invisible », « Le brouillage d’une guerre par une autre » et « La crise des représentations ». Il explique pourquoi il est très difficile d’avoir des informations sur ce conflit fratricide (censure et autocensure des journalistes, opacité du pouvoir militaire algérien, culture du secret partagé par tous les bords, black-out pour des raisons sécuritaires…). Benjamin Stora a sorti son livre peu de temps après celui de Nesroulah Yous « Qui a tué à Bentalha » (1), posant la question sur la responsabilité de l’Armée dans les massacres de civils. C’est une « guerre sans images » en dépit de ses très nombreuses victimes, alors que des centaines de journalistes ont couvert la Seconde intifada dans les territoires palestiniens. Les quelques images et émissions que l’on voit sont souvent éloignées de la réalité, comme le note la rédactrice en chef du journal « La Nation » : « Le traitement de la question algérienne est absolument catastrophique […]. C’est très bien de parler de l’Algérie, mais si l’on ne montre que des exactions prêtées aux islamistes (sans renier mon combat de toujours contre les islamistes), sans montrer les autres, celles que des millions d’Algériens vivent quotidiennement , faites d’exécutions sommaires, de viols, de tortures, il y a un problème. »

Il aborde ensuite les comparaisons souvent faites avec la « première » guerre d’Algérie (2), puis revient longuement sur la place paradoxale de la femme dans la société algérienne ; ainsi malgré le code de la famille rétrograde voté en 1984, il remarque page 99 : « Dans quel pays du monde arabe et musulman est-il possible de trouver, en même temps, une directrice d’un grand journal (Salima Ghezali), une femme à la tête d’un parti politique (Louisa Hannoune), une pasionaria de la laïcité (Khalida Messaoudi), un écrivain reconnu au plan international (Assia Djebar)? »

Si les remarques de l’historien sont justes dans la plupart des cas, je serai plus critique sur l’accusation qui est faite à la conquête coloniale par rapport à la violence (page 36) oubliant l’histoire de la régence d’Alger et des insurrections tribales (ce que Luis Martinez évoque dans son excellent « La guerre civile en Algérie », d’ailleurs cité dans cet ouvrage). L’histoire de l’Algérie ne commence ni en 1962, ni en 1830!

——————
(1) A ce propos je conseille fortement le documentaire « Bentalha, autopsie d’un massacre », pour comprendre ce qu’a réellement été la tragédie algérienne.

(2) Lire le compte-rendu de l’universitaire Guy Pervillé :  la « première » et la « deuxième guerre d’Algérie »

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire de l'Algérie, Islamisme, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Benjamin Stora – La guerre invisible, Algérie années 90

  1. B Stora a écrit une histoire de l’Algérie aux éditions la découverte (repères), mais il me semble qu’il n’a pas sorti le tome pourtant prévu sur les années 90, et sans doute en raison de la difficulté de traiter la période. Je découvre cet ouvrage, qui est sans doute le projet du tome manquant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s