Exemple de désinformation : les viols dans la guerre civile libyenne

En ces temps de restrictions budgétaires est-il bien raisonnable de s’ingérer dans une guerre civile qui ne nous concerne pas directement? Il ne s’agit pas de nier la cruauté du clan Assad en Syrie (connue depuis longtemps) ; simplement agresser un Etat souverain en invoquant un prétexte fallacieux ne serait pas une première. Ne parlons même pas de l’hypocrisie consistant à diaboliser une dictature mais en tolérer (voire soutenir) tant d’autres. N’oublions pas que Bachar al-Assad fut reçu plusieurs fois à l’Elysée par Nicolas Sarkozy (et pas seulement). Force est de constater que les principes de propagande de guerre habituels sont toujours d’actualité ; comme l’a dit Gérard Chaliand il y a déjà plus d’un an, ce qu’on nous présente comme humanitaire n’est en réalité qu’une affaire politique.

J’en profite pour revenir sur un mensonge qui a beaucoup circulé il y a deux ans à l’occasion de la guerre civile en Libye : les viols massifs perpétrés par les troupes de Kadhafi dopées au Viagra (!).

Alors certes, en temps de guerre les viols sont, hélas, courants. On repense aux crimes de l’Armée japonaise en Chine, surtout à Nankin en 1937. On repense au front de l’est durant la Seconde guerre mondiale où la Wehrmacht, puis l’Armée rouge en ont commis à une échelle gigantesque. On repense à la guerre de Bosnie, à la guerre d’indépendance du Bangladesh de 1971… Les exemples sont malheureusement nombreux.

Pourtant dans le cas de la récente guerre en Libye ceux qu’auraient pratiqué les forces kadhafistes relèvent de la désinformation. En cherchant j’ai finalement pu trouver cet article de Samuel Laurent, dont voici l’extrait qui nous intéresse :

Mais faut-il vraiment y croire ? En particulier quand les rapports d’Amnesty International ou de Human Rights Watch infirment cette conclusion, au terme d’une investigation nettement plus fouillée que celle du TPI ? En effet, ces deux organisations, difficilement soupçonnables de complaisance envers les soldats de Kadhafi, se pencheront en détail sur ce dossier. Elles dépêcheront des équipes de professionnels sur le terrain, qui recueilleront des centaines et des centaines de témoignages pendant des mois. Pourtant, au terme de leurs enquêtes respectives, elles ne trouveront strictement aucune trace de ces viols à grande échelle. Ainsi, soit le Viagra n’a pas fonctionné, soit le TPI et le CNT ont menti…

À ce sujet, Donatella Rovera explique : « Nous n’avons pu trouver aucune victime [de viol] en trois mois d’enquête sur le terrain. Ni même rencontrer des gens qui en connaissaient une. Sauf la doctoresse libyenne (pro-CNT) qui s’était déjà abondamment exprimée sur le sujet dans les médias. Pourtant, même cette femme a été incapable de nous mettre en contact avec ne serait-ce qu’une seule des victimes qu’elle prétend avoir rencontrées. » Même son de cloche à l’organisation Human Rights Watch, lorsque Liesel Gerntholtz, responsable des droits de la femme, déclare qu’elle ne dispose d’« aucune preuve » concernant les viols imputés aux troupes de Kadhafi. Pourtant, de telles atrocités commises à grande échelle, si elles existent, laissent forcément des traces. Il apparaît donc clairement que ces « viols de masse » et ces « distributions de Viagra » constituent une manipulation de plus dans la guerre de propagande menée par le CNT. Tout comme cette graisse à fusil distribuée par Kadhafi à ses hommes, pour « faciliter » leurs ébats : une rumeur sans le moindre fondement, pourtant reprise par Bernard-Henri Lévy dans son livre !

Beaucoup ne s’y sont pas trompés en comparant cette allégation à l’affaire des couveuses qui avait permis de justifier, aux yeux de l’opinion publique, la première guerre en Irak en 1991! Il serait temps que les journalistes vérifient leurs sources avant de donner une information.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s