Un entretien sur l’expédition égyptienne au Yémen (1962-1970)

Guerres-Histoire-14

L’excellent magazine Guerres & Histoire a publié un entretien très intéressant (page 102-103) avec Jesse Ferris sur l’intervention égyptienne dans la guerre civile du Yémen de 1962 à 1970 : « La guerre des Six jours a commencé au Yémen ». Nasser fut pour certains un héros, pour d’autres un dictateur sans merci. Diabolisé ou adulé, on retient de manière caricaturale dans son bilan : l’aide au FLN pendant la guerre d’Algérie, l’expédition de Suez en 1956, le panarabisme, le tiers-mondisme, l’antisionisme… C’était également, sur le plan de la politique intérieure, un chef militaire réprimant les Frères musulmans (oui, déjà…).

Un autre aspect est souvent oublié dans sa politique étrangère : l’affrontement dans le monde arabe entre les républiques révolutionnaires, dont l’Egypte fut à partir de 1952 la porte-parole, et les monarchies traditionnelles, symbolisées par l’Arabie Saoudite.  Affrontement d’autant plus tendu qu’il se déroule dans le contexte de la guerre froide : les premières sont soutenues par l’URSS, les secondes par les Etats-Unis et leurs alliés.

Quand en 1962 un coup d’Etat antimonarchique éclate au Yémen le raïs égyptien décide de soutenir les forces « révolutionnaires » en envoyant quatre divisions, soit 70 000 hommes, alors que les forces de l’ancien roi Muhammad al-Badr sont soutenues par les Saoudiens. Pour Nasser c’est un fiasco total : militaire (entre 15 000 et 20 000 morts de 1962 à 1967), économique (d’énormes dépenses sont engagées) et diplomatique. Il apparait que les provocations égyptiennes contre Israël en 1967 étaient les conséquences de ce désastre au Yémen : l’Egypte humiliée, il lui fallait redorer son blason. Toutefois Jesse Ferris pense que Nasser ne voulait pas la guerre et cherchait avant tout une victoire diplomatique (il est vrai que militairement l’Egypte ne faisait pas le poids face à l’Etat hébreu).

Au final dans l’encadré l’auteur de l’entretien conclut « en sabordant le progressisme panarabe, Nasser a ouvert la voie à la montée de l’Arabie Saoudite et de l’islam politique ».

Publicités
Cet article a été publié dans Conflit israélo-arabe, Histoire - Autres, Islamisme, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s