Pap Ndiaye – Les noirs américains : en marche pour l’égalité

Pap Ndiaye - Les noirs américains, en marche pour l'égalité

Toujours dans la collection « Découvertes Gallimard », très accessible et plaisante, ce livre sorti quelques mois après la victoire de Barack Obama retrace l’histoire des Afro-américains depuis la fin de la guerre de sécession (1865). Comme récemment deux blockbusters sont sortis sur la fin de l’esclavage aux Etats-Unis (Django de Tarantino et Lincoln de Spielberg) j’ai voulu en savoir un peu plus sur cette communauté.

On commence avec la difficile émancipation et l’intégration dans la société américaine dans les dernières décennies du XIXème siècle. Sur ce début j’ai regretté que Pap Ndiaye n’ait pas traité des noirs vivant dans les Etats du nord, certes moins nombreux mais qui auraient mérité tout de même une petite place. On suit donc dans les Etats de l’ancienne confédération la mise en place de la ségrégation, poussée jusqu’à l’absurde. Vient la grande migration dans la première moitié du XXème siècle vers les autres parties des Etats-Unis et la formation des ghettos, mais également la naissance d’une culture spécifique.

D’ailleurs j’ai noté ce passage savoureux : les vétérans noirs de la Première guerre mondiale qui avaient combattu en France, sont revenus dans les Etats sudistes avec des idées séditieuses, car les discriminations n’existaient pas dans l’hexagone!

Le grand tournant politique a lieu dans les années 30 du fait de la crise économique : les Afro-américains, qui votaient jusque là pour le parti républicain (car il s’agissait du parti de Lincoln, le président émancipateur) se reportent désormais sur le parti démocrate (qui avant, était le symbole de la ségrégation!). Cette situation n’a pas changé depuis.

La Seconde guerre mondiale fera évoluer les mentalités : plus d’un million de noirs sont appelés sous les drapeaux. La victoire contre le nazisme a complètement discrédité le racisme institutionnalisé qui existait dans certains Etats.

Vient ensuite dans les années 50 et 60 la « déségrégation » dans les Etats sudistes avec la lutte pour les droits civiques, où des grandes figures comme Martin Luther King se distingueront. Mais ce ne sera pas suffisant pour répondre aux revendications, comme le montrent les nombreuses émeutes raciales et l’émergence de courants plus radicaux comme celui de Malcolm X ou les Black Panthers.

L’ascension sociale d’une partie importante des Afro-américains (du fait de la discrimination positive, mais pas seulement) et la formation d’une classe moyenne noire auront des effets pervers : de nombreux noirs seront délaissés dans leurs quartiers du fait de l’effacement de la solidarité communautaire. La criminalité, la pauvreté et le nombre de foyers monoparentaux exploseront… Les années Reagan leur furent également préjudiciables (recul de l’Etat-providence).

Petit regret : une comparaison avec les autres descendants d’esclaves africains sur le continent américain (que ce soit à Cuba, à Haïti, au Vénézuela, au Brésil, dans les Antilles françaises…) aurait été la bienvenue.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique, Esclavage, Histoire des Etats-Unis, Lectures, Première guerre mondiale, Seconde guerre mondiale. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s