Vincent Courcelle-Labrousse, Nicolas Marmié – La guerre du Rif

La guerre du Rif - Maroc 1921-1926Maroc (1921-1926)

Entre 1921 et 1926, la Guerre du Rif enflamme le Maroc. Un jeune chef berbère, Abdelkrim, défie les deux puissances européennes qui occupent son pays, la France et l’Espagne.
Le conflit marocain voit s’affronter des hommes aux destins exceptionnels. Dans la canicule des djebels, Lyautey, Juin, de Lattre de Tassigny connaissent la peur de voir l’armée française battue par des paysans berbères, alors qu’à Paris, Doriot et Thorez, associés aux surréalistes, pourfendent l’impérialisme. Pétain est appelé en sauveur du sultan du Maroc et en tombeur de Lyautey. Un jeune officier du Tercio, Franco, se forge une réputation de militaire impitoyable.
Conflit oublié de l’histoire coloniale, la Guerre du Rif éclaire encore aujourd’hui les liens très spéciaux de la France et du Maroc, tout comme la sensibilité des rapports du royaume chérifien avec l’Espagne.

Voici un plus qu’excellent livre d’Histoire signé Vincent Courcelle-Labrousse et Nicolas Marmié, dédié à la guerre du Rif qui ensanglanta le nord du Maroc de 1921 à 1926, guerre étrangement peu étudiée. Si aujourd’hui le Rif est surtout connu pour sa production de cannabis qui inonde l’Europe, cette région fut à l’époque le coeur d’une insurrection qui fit trembler les empires coloniaux.

L’ouvrage est clair et très bien documenté. Abdelkrim fut un chef de guerre incroyable. Il réussit à réunir les tribus rifaines sous son autorité (un peu comme Vercingétorix), proclama un Etat indépendant, la république du Rif, et mobilisa plusieurs dizaines de milliers d’hommes. Outre la qualité exceptionnelle de ses guerriers, il fut suffisamment puissant pour mener une guerre classique à l’Espagne au lieu de se limiter à la guérilla (comme cela se passe normalement face à une armée régulière) et repousser son armée sur les côtes.

Abdelkrim el Khattabi

Pour comprendre la déroute espagnole comme lors de la bataille d’Anoual, il faut préciser que le Rif n’a jamais été vraiment colonisé -le protectorat franco-espagnol sur le Maroc ne commence qu’en 1912-, et qu’au tempérament rebelle des berbères de cette région il faut rajouter le terrain montagneux qui n’est pas favorable à une armée régulière. Anoual fut en fait une retraite désastreuse, les Espagnols avaient été trahis par les supplétifs indigènes qui s’étaient brusquement retournés contre eux et avaient rejoint le camp d’Abdelkrim. L’effet de surprise a donc beaucoup joué.

A partir de 1925 Abdelkrim s’attaque aux positions françaises. Cette audace lui sera fatale et conduira à une offensive franco-espagnole sur le Rif. La guerre fut meurtrière pour tous les bords, mais ce sont les populations civiles du Rif qui paieront le plus lourd tribut, car les gaz toxiques furent massivement utilisés par l’aviation (à écouter sur ce point : Bernard Lugan, au discours assez étonnant vu ses idées politiques!).

Ce conflit aura également une autre conséquence : l’Espagne connaîtra sa première expérience fascisante avec la dictature de Primo de Rivera. Autre point à signaler : l’Etat espagnol utilisait la conscription durant cette guerre, ce qui alimentera probablement beaucoup de rancoeur à l’égard de l’armée, semant les germes de la future guerre civile. Le coup d’Etat du 17 juillet 1936 se fera d’ailleurs à partir du Maroc espagnol et Franco emploiera ses regulares pour mater les républicains.

Seul grand défaut du document… sa couverture, qui est immonde. Les auteurs auraient pu choisir une autre photo, parmi celles présentes vers la moitié du livre par exemple.

Article modifié le 21/03/2015

Publicités
Cet article a été publié dans Histoire de France, Histoire de l'Espagne, Histoire du Maroc, Lectures. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Vincent Courcelle-Labrousse, Nicolas Marmié – La guerre du Rif

  1. Ludovic dit :

    Texte légèrement modifié dans le dernier paragraphe après lecture d’un entretien de Michel Del Castillo : j’ai remplacé l’adjectif « fasciste » par « fascisante » pour qualifier la dictature de Primo de Rivera, qui semble plus proche de la réalité ; quant au coup d’Etat de 1936 Franco n’en fut visiblement pas l’initiateur, ce rôle incombant davantage à Emilio Mola.

  2. Oméri dit :

    @ Ludovic
    Le chef Rifain Mohand Ameziane Abdelkrim n’avait nullement l’intention de devenir sultan du Maroc (Abdelkrim le fondateur de la première République Berbère du Rif ne pouvait pas s’autoproclamer sultan, domaine exclusivement réservé aux arabes négrifiés tout comme le chameau).
    Abdelkrim avait à combattre 2 puissances européennes (france / espagne) et leur allié harki arabe le sultan mohamed V. (mohamed V n’est élu par personne si ce n’est que l’élu de « dieu » et de la france). En revanche, Abdelkrim est un héro berbère qui avait comme projet, unifier l’Afrique du Nord dans le cadre des républiques modernes Berbères.
    Mais le sort en a décidé autrement.
    Le Rif, la Kabylie, l’Atlas et l ‘Afrique du Nord toute entière retiendront à jamais, Abdelkrim héro berbère hors du commun qui fut le premier à jeter les bases d’un empire Amazigh (Berbère) digne de ce nom (Le conseiller d’ Abdelkrim, du nom Aly Hamamy était Kabyle).
    La france, l’europe et leurs amis les arabes ne peuvent rien faire contre la Renaissance Berbère en Afrique du Nord (TAMAZGHA est en marche).
    La République du Rif n’est pas lettre morte, mort au Magghreb arabe et VIVE TAMAZGHA !

    • Ludovic dit :

      Je prends note, de toute façon j’avais prévu de réécrire cet article. Concernant Mohamed V ce n’est pas lui qui était au pouvoir au moment du conflit mais son père Moulay Youssef. Je vais essayer de retrouver le passage du livre où il m’a semblé lire qu’Abdelkrim voulait être sultan (sinon je le corrigerai).

    • Ludovic dit :

      Bon voilà j’ai modifié l’article et retiré le passage controversé, c’était probablement une accusation de Lyautey. En tout cas Abdelkrim considérait Moulay Youssef comme illégitime.

    • Ludovic dit :

      Ah oui j’oubliais : Ameziane est un autre résistant rifain, mort en 1912, cité d’ailleurs dans ce livre au début. Il a donc précédé Abdelkrim. Attention aux confusions…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s